Cet article date de plus de 9 ans

Ils lâchent les octets pour faire de la bière

Installé à Bruxelles comme informaticiens, un couple produit depuis 4 ans de la bière dans le fin fond du Cantal
video title

Ils laissent tomber les bits pour la bière

Grégory Murer et Virginie De Bodt viennent de Belgique. A Bruxelles, ils étaient informaticiens. Ils faisaient de la bière en amateurs. Ils la font aujourd'hui en professionnels, dans le Cantal, à Fleurac (près d'Ydes).

A Bruxelles, ils étaient informaticiens. Ils faisaient de la bière en amateurs, ils le font aujourd'hui en professionnel, dans le Cantal, à Fleurac (près d'Ydes). En juin dernier, Grégory Murer ont participé au festival mondial de la bière.

Depuis sa plus tendre enfance, Virginie De Bodt  se rend dans le Cantal tous les étés. Sa famille y possède une maison de campagne. Une fois adulte, elle perpétue la tradition, y amène son compagnon. C'est le coup de foudre.

Grégory Murer et Virginie De Bodt vivent alors à Bruxelles. Ils sont informaticiens. Mais l'informatique, à Fleurac, ça ne marche pas fort.

Le couple décide donc de changer de métier, de changer de vie. En Belgique, ils faisient de la bière par passion. Dans le Cantal, ils en feront leur métier.

Grégory a appris dans sa cuisine, en faisant ses premières bières dans des petites casseroles, puis dans de plus grandes.

2012 : finie la petite production du dimanche. La brasserie de Fleurac, qui a ouvert ses portes en 2008, produit 160 000 litres de bière par an. Un volume atteint au prix de nombreuses heures de travail.

Depuis la création de leur brasserie, Virginie et Grégory disposent de peu de temps libre, et voient donc beaucoup moins leur famille. En Belgique, ils vivaient près de leurs proches. Aujourd'hui, plus de 800 km les séparent.

800 km que leur famille parcourt l'été, pour passer des vacances à Fleurac, mais aussi se rassurer.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite