Un loup abattu

Publié le Mis à jour le
Écrit par admin .

Dans la nuit de mardi à mercredi, un éleveur du Vercors a abattu un loup à une quinzaine de mètres de la bergerie.

L'animal est un mâle de 27 kilos et demi.  Il s'agirait d'un tir de défense exceptionnellement autorisé par arrêté préfectoral, en vue de la protection de son troupeau. L'éleveur en question avait déjà subit de grosses pertes ces dernières semaines. Les autorisations de tirs de défense sont pour l'instant suspendues.

La semaine dernière, le loup a encore tué à la Grande Cabane sur la commune de Saint-Agnan-en-Vercors. Six bêtes d'un troupeau  ont été gravement blessées et ce n'est pas la première fois dans la région. Les bergers et les propriétaires sont excédés et réclament des mesure légales, comme dans les Alpes.

La préfète des Hautes-Alpes a décidé d'autoriser un tir de prélèvement, c'est-à-dire l'abattage d'un loup, afin de protéger des troupeaux de moutons ayant subi plusieurs attaques dans le massif du Dévoluy. Le tir de prélèvement peut avoir lieu de jour comme de nuit entre le 29 juillet et le 29 août 2011 afin d'assurer la protection des troupeaux situés sur les "unités pastorales" de Saint-Etienne-en-Dévoluy et d'Agnières-en-Dévoluy, indique l'arrêté.

Deux lieutenants de louveterie sont chargés de l'organisation des opérations. Le tir de prélèvement, réalisé sous le contrôle de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), n'intervient qu'en dernier recours, quand toutes les méthodes de prévention des attaques ont échoué.

La préfète des Hautes-Alpes, Francine Prime, souligne que les groupements pastoraux attaqués par le loup ont installé dès 2009 un gardiennage et des parcs électrifiés pour protéger leurs troupeaux. Ces protections ont été complétées par des mesures d'effarouchement sonore et lumineux ainsi que par la présence de chiens de protection à Saint-Etienne-en-Dévoluy. Enfin, des tirs de défense ont été autorisés à l'été 2011.

Malgré cela, les troupeaux ont subi en juillet deux attaques à Agnières-en-Dévoluy, qui ont tué ou blessé 16 moutons, et deux autres attaques à Saint-Etienne-en-Dévoluy, qui ont tué ou blessé 18 moutons.

En début de semaine dernière, la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence avait elle aussi autorisé un tir de prélèvement du loup. Le nombre des loups qu'on peut tuer en France est fixé à six pour 2011/2012. Depuis 2004, seuls six prédateurs ont été abattus dans ce cadre.

Face aux éleveurs lassés des attaques de loups, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet s'est dite prête à assouplir le protocole qui leur permet d'en abattre, sous certaines conditions. La ministre a notamment évoqué de possibles nouvelles mesures comme la mise en place d'un "arrêté de défense automatique qu'on prendrait à l'année sur toutes les zones attaquées l'année précédente".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité