Affaire Mila : cinq personnes placées en garde à vue pour avoir menacé l'adolescente iséroise

Cinq personnes âgées de 18 à 29 ans ont été placées en garde à vue, soupçonnées d'avoir menacé l'adolescente iséroise Mila. Les suspects ont été interpellés dans plusieurs régions de France.

Capture d'écran de l'émission Quotidien où était reçue Mila le 3 février 2020.
Capture d'écran de l'émission Quotidien où était reçue Mila le 3 février 2020. © Capture d'écran Quotidien

Cinq personnes ont été placées en garde à vue dans l'enquête sur les menaces de mort proférées à l'encontre de Mila mardi 9 février, a annoncé le parquet de Paris. L'adolescente iséroise avait publié en novembre une nouvelle vidéo polémique sur l'islam, recevant une avalanche d'insultes et de menaces.

Ces personnes, âgées de 18 à 29 ans, ont été interpellées en Loire-Atlantique, en Moselle, dans le Calvados, la Marne et les Hauts-de-Seine. "Toutes ont été [entendues, NDLR] du chef de harcèlement moral au moyen d'un service de communication en ligne et deux de ce chef et de celui de menaces de mort", précise le parquet de Paris.

Une enquête avait été ouverte mi-novembre par le parquet de Vienne (Isère) après les réactions suscitées par une nouvelle publication de la jeune fille sur le réseau social TikTok. Mais ce dernier s'était dessaisi début décembre au profit du pôle national de lutte contre la haine en ligne, afin de permettre la centralisation des investigations à mener dans différentes régions de France.

C'est la division de lutte contre les crimes de haine de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides, les crimes de guerre et les crimes de haine (OCLCH), saisie par le parquet, qui a procédé aux interpellations.

Dans sa nouvelle vidéo, Mila, déjà menacée de mort pour avoir publié en janvier 2020 une vidéo devenue virale dans laquelle elle proférait de virulentes critiques sur l'islam, s'en prenait à ses détracteurs en déclarant : "Et dernière chose, surveillez votre pote Allah, s'il vous plaît. Parce que mes doigts dans son trou du cul, j'les ai toujours pas sortis".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers religion