Avec son émission de radio Planète Bleue, l'Isérois Yves Blanc raconte le monde... et fait un carton

Depuis plus de 20 ans,Yves Blanc est l’homme orchestre de la Planète Bleue, une émission de radio qui apparait sur les ondes une fois par mois, émission qu’il conçoit, réalise, et présente tout seul chez lui quelque part dans le Vercors. Le numéro 986 vous attend.

 

 

 

 

 

Connaissez-vous l’émission de radio la Planète Bleue ? Un Ovni radiophonique qui apparaît et disparaît sur les ondes une fois par mois. Attention, il s’agit d’un voyage de 90 minutes, un sas sensoriel de sons et de mots dont vous ne sortirez pas indemne ou indifférent. Attachez votre ceinture et embarquez : le numéro 986 vous attend. 

Scott Listfield pour le petit Livre bleu
Scott Listfield pour le petit Livre bleu © Scott Listfield

 

À l’origine, La Planète Bleue était l’émission expérimentale de Couleur 3 (Radio Télévision Suisse). Au fil des ans, elle est devenue la plus populaire de la chaîne. Diffusée pendant 22 ans par Couleur 3 (945 éditions), reprise par Radio Nova, Radio-Canada La Première, Radio Monaco et quelques autres, c'est l’une des émissions de radio les plus podcastées dans le monde. Elle est écoutée dans 85 pays.  

 

Où l'écouter ? 

Outre les podcasts, aujourd'hui, la Planète Bleue est diffusée tout autour de Chambéry et Aix-les-Bains sur Radio Ellebore, dans le bassin genevois avec Radio Vostock, en vallée de Chamonix sur Radio Globule, dans l'arc jurassien et en Suisse Romande avec GRRIF, dans le Valais avec la Radio du bord de l'eau, en Alsace avec Radio Quetsch. 

 

Qui se cache derrière le micro ?

Le démiurge de cet étrange voyage s’appelle Yves Blanc. Homme de radio et de télé, il a fréquenté France Inter, ARTE où il a imprimé son empreinte avant de reprendre sa liberté pour s’installer quelque part dans le Vercors. Il ne tient pas forcément à ce que l’on sache où, dans une maison ouverte sur le ciel, mais lovée sur ce drôle de bonhomme qui bûche comme un forçat dans la solitude d’un sous-marinier. Un sous-marinier qui lit, écoute, réfléchit, synthétise pour produire chaque début de mois sa copie radiophonique.

 

Il embarque ainsi ses " écouteurs " dans ses réflexions, chroniques du temps présent et du futur avec des thèmes aussi divers et variés que l’écologie, le nouvel âge, les soucoupes volantes, le Rooibos ou les polyamoureux.

Attention, Yves Blanc insiste : "je ne traite pas des infos, mais les réflexions". On sent l’attachement viscéral du bonhomme à la précision du mot, du concept, pas d’approximation ou de superficialité bâclée. En ce moment, Yves tourne autour de ce monde du futur, son obsession avec l’urgence de l’écologie et de ses moyens d’action.

Dans le numéro 984 du mois d'octobre 2020, lors de notre rencontre, il pose la question : "Mais qu'est-ce que je peux faire ?! Qu'est-ce que je peux faire pour la planète ? Est-ce que je peux faire quelque chose qui ait du poids, qui ait une vraie influence positive ?" La réponse tient en un seul mot : le rewilding, le ré-ensauvagement.

 

 


Une voix


Tous ceux qui ont déjà écouté la Planète Bleue identifient immédiatement la voix de son auteur. Bien sûr, elle est rodée au millimètre et placée au rasoir, mais surtout elle chuchote, parfois rigolarde souvent chaloupante pour mieux bousculer.

"Quand je suis arrivé à France Inter, j’ai demandé à mon présentateur d’arrêter de brailler, de baisser le volume et de se rapprocher tout près du micro pour qu’on ressente cette proximité. Inconsciemment, l’oreille capte immédiatement cette proximité. On fait tous la différence entre un prêche de cathédrale et un chuchotis sur l’oreiller à trois heures du matin. Et cette proximité, on la recherche tous... Non seulement l’audience de l'émission a doublé, mais la vie de l’animateur en question a changé notamment du côté des femmes. "


Et maintenant un livre

C’est le troisième livre publié par Yves Blanc : "Au fil des émissions",  dit-il « On n’arrêtait pas de me demander un recueil de mes chroniques, mais moi, je ne voulais pas faire comme ces journalistes qui, dès qu’ils commencent à avoir le moindre succès, dégainent leur recueil."

"J’ai résisté trois ans et puis Eurêka,  j’ai réalisé que je pouvais accepter de réunir mes chroniques, mais en emmenant les lecteurs plus loin encore dans la réflexion." Et puis ajoute-t-il avec l’œil qui s’allume de malice : "le livre est rangé en abécédaire ce qui provoque un chaos organisé où l’on peut picorer, revenir, poser le livre, le retrouver..."

Caza pour le petit Livre bleu
Caza pour le petit Livre bleu © Caza pour le petit livre Bleu

 

Cerise sur le gâteau, le livre est illustré par de grands noms de la BD, du graphisme pour créer un univers envoûtant et intriguant. Caza, Bilal, Moebius participent à ces 180 pages. Certains vous claquent à la figure, d’autres vous font rigoler, tous font réfléchir.
 

Scott Listfield et Reno pour le petit Livre bleu
Scott Listfield et Reno pour le petit Livre bleu © Scott Listfield et Reno


Si le petit livre Bleu se trouve en librairie, il est aussi possible de le commander directement aux éditions l’Age d’homme.
 

durée de la vidéo: 05 min 37
Monsieur Planète Bleue : Yves Blanc

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
médias culture musique bande dessinée livres