• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A Clelles en Isère, les usagers veulent des trains pas des cars

Malgré la fin de la grève momentanée des cheminots jeudi dernier, les trains n'ont pas repris entre Grenoble et Gap. A la grande surprise des usagers, les bus de remplacement ont continué à circulé à la place des TER. Ils ont manifesté ce 7 avril à la gare de Clelles.

Par Jean-Christophe Pain

Démonstration par l'absurde ce 7 avril en gare de Clelles en Isère. Difficile en effet de faire entrer des vélos, des poussettes, ou des fauteuils pour handicapé dans un autocar. Personne parmi ces usagers du rail ne voulait vraiment prendre la route direction Gap, mais le collectif "l'Etoile ferroviaire de Veynes" entendait exprimer son refus catégorique de liaison par car. 

Ces usagers sont très inquiets car cette semaine, aucun train n'a circulé sur leur ligne. Des cars les ont remplacé lors des jours de grève, comme prévu. Mais depuis jeudi, date de reprise du travail par les cheminots, ce sont encore des bus qui roulent entre Grenoble et Gap.

Ils veulent des trains, pas des cars
Intervenants : Virginie Debet Usagère de la ligne Grenoble-Gap, Lionel Perrin Collectif l'étoile ferroviaire de Veynes Equipe : G. Ragris, D. Semet, G. Neyret, JP Ardito

Les manifestants se posent d'autant plus de questions que leur ligne de TER est en souffrance depuis quelques années. Le collectif demande encore et toujours les investissements nécessaires à sa rénovation.

Ils sont soutenus par la députée des Hautes-Alpes Pascale Boyer et le sénateur de l'Isère Guillaume Gontard. Tous deux ont écrit aux présidents des régions AURA et PACA pour demander la "préservation de la ligne Grenoble-Veynes-Gap". Une lettre également signée par Marie-Noëlle BATTISTEL, députée de l’Isère, Jean-Charles COLAS-ROY, député de l’Isère, Emmanuelle FONTAINE-DOMEIZEL, députée des Alpes-de-Haute-Provence, Joël GIRAUD, député des Hautes-Alpes, Marie-Pierre MONIER, sénatrice de la Drôme, Didier RAMBAUD, sénateur de l’Isère, et André VALLINI, sénateur de l’Isère.


Les usagers s'interrogent : s'agit-il d'une mise en place -en catimini- de cars à la place des trains à l'occasion de la grève, ou de vrais problèmes techniques pour faire redémarrer les TER en ces temps agités comme l'explique la SNCF ?!

On y verra peut-être plus clair dans les semaines à venir.





Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus