Convention citoyenne pour le climat. "C'est important de regarder tout le travail qu'on a fait", estiment deux Iséroises

Deux Iséroises ont été tirées au sort pour participer à la Convention citoyenne pour le climat. Dimanche, les 150 citoyens ont rendu leurs conclusions à l'exécutif qui se réserve la possibilité de les soumettre au référendum.
La Convention citoyenne pour le climat a rendu ses propositions au gouvernement dimanche.
La Convention citoyenne pour le climat a rendu ses propositions au gouvernement dimanche. © POOL/Stephane Lemouton /MAXPPP

Elles ont vécu une expérience inédite de démocratie participative sous la Ve République. Deux habitantes de l'Isère font partie des 150 Français tirés au sort partout dans le pays pour participer à la Convention citoyenne pour le climat. Pendant neuf mois, elles ont cherché des solutions contre les gaz à effet de serre. Et leur travail arrive aujourd'hui à son terme.

Christine Aranega, médecin dans la vallée du Grésivaudan, et Marie-Sylvie Dhenin, institutrice à Méaudre, attendent que le rapport auquel elles ont contribué soit pris en compte par le gouvernement. "Le sujet m'intéressait, mais je n'avais pas une fibre écolo plus poussée que ça, concède Marie-Sylvie Dhenin. Par contre, le côté démocratie participative était vraiment très intéressant, donc j'ai accepté très rapidement."

 

Vers un référendum ?

Les deux Iséroises ont multiplié les voyages à Paris depuis le mois d'octobre et jusqu'au dimanche 21 juin, date à laquelle la Convention a rendu ses conclusions au ministère de la Transition écologique et solidaire. Dans ce rapport, 149 propositions dont, par exemple, la rénovation thermique globale des logements et des taxes sur les produits transformés et le transport aérien. D'autres mesures suggérées font déjà débat, comme le passage à 110 km/h sur les autoroutes.

"On a vraiment essayé de tenir compte de tous les paramètres pour proposer quelque chose de cohérent, défend Christine Aranega. Ces 149 mesures, il faut vraiment les prendre dans l'ensemble, il ne faut pas en prendre une et ne parler que de celle-là. C'est important de regarder tout le travail qu'on a fait et j'invite la population à lire l'ensemble du rapport qui va bientôt être en ligne pour se rendre compte du travail fourni."

Marie-Sylvie et Christine vont rencontrer Emmanuel Macron à l'Elysée lundi 29 juin. Avec les autres membres de la Convention, elles prônent la création de la notion d'écocide pour condamner en justice les pollueurs. Et demandent pour cela un référendum.

"C'est le président Macron qui va décider de toute façon. S'il veut mettre d'autres choses au référendum, il pourra le faire et s'il ne veut pas faire de référendum, il a ce pouvoir également. On verra lundi, il doit nous donner sa réponse", tempère Christine. Au bout du compte, les citoyens ont le sentiment d'avoir bien fait leur travail. La balle est désormais dans le camp de la classe politique. Objectif : réduire de 40% les gaz à effet de serre d'ici à 2030.

Convention citoyenne pour le climat : "C'est important de regarder tout le travail qu'on a fait"

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement climat politique