Coronavirus COVID 19. Depuis le Vercors, un Isérois a lancé une production de masques 3D dans toute la France

Pour aider le personnel médical et les particuliers en cette période d'épidémie de coronavirus, Clément Jacquelin s'est lancé dans la fabrication de masques en impression 3D. Le frère du champion de biathlon, Emilien Jacquelin, a initié un mouvement dans toute la France. 

Clément Jacquelin, le frère du champion de biathlon, a conçu un masque de protection à destination des hôpitaux et des particuliers en période d'épidémie de coronavirus.
Clément Jacquelin, le frère du champion de biathlon, a conçu un masque de protection à destination des hôpitaux et des particuliers en période d'épidémie de coronavirus. © TDR
Il a posté ce matin une vidéo sur son compte facebook dans lequel il explique se rendre au CHU de Grenoble - Alpes pour présenter le masque de protection qu'il a créé. Et la rencontre visiblement a été prometteuse."Ils ont dit que c'était la meilleure alternative qu'on leur ait proposé, et qu'il était agréable à porter", rapporte Clément Jacquelin, enthousiaste. 
 
Le jeune entrepreneur installé à Corençon-en-Vercors a conçu et produit ce masque en collaboration avec une autre entreprise du plateau, La Fabrique à ski à Villard-de-Lans. 

Mais pour pouvoir équiper le personnel médical, il lui faudra la certification de la DGA, la Direction Générale de l'Armement. Et cela risque de prendre du temps. Qu'importe, le jeune homme est prêt à aller à Paris dès que possible avec les six masques nécessaires pour être testé. "Il faut aller vite", ne cesse-t-il de répéter, conscient de l'urgence.

"Et si nous ne recevons pas la certification", ajoute le jeune homme, déterminé, "les masques serviront aux particuliers. C'est un petit quelque chose face au rien du tout".
 


Un masque sur le modèle du NanoHak américain 


Avant de créer son propre masque, Clément Jacquelin a lancé une initiative assez incroyable sur les réseaux sociaux. 

Tout a commencé le 16 mars avec un SOS de la Commission Européenne relayé par la communauté 3D, pour produire en urgence des masques et des ventilateurs à destination des établissements médicaux qui en manquent terriblement en cette période d'épidémie de COVID 19. Clément Jacquelin n'a pas tardé à participer au mouvement. 

Il va d'abord produire le NanoHack. Il s'agit d'un masque de "premier recours" en cas de pandémie, créé par des Américains et des Chiliens. Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, le fichier 3D de ce produit a été téléchargé près de 3 millions de fois. Il ressemble un peu à un masque de BMX. Sa qualité se situe entre le masque chirurgical et le FFP2. Il est composé d'un matériau chargé en nanoparticules de cuivre. 

Mais pour le produire en impression 3D, le jeune homme a besoin de la matière première, et cela coûte cher. 
 

Une production lancée dans toute la France


C'est un internaute qui va lui donner l'idée, créer une cagnotte en ligne. Cela va si bien fonctionner, qu'en très peu de temps 15.000 euros vont être collectés. Bien plus qu'il n'en fallait à Clément Jacquelin. 

C'est alors qu'il a l'idée de lancer un appel à la communauté de "makers" 3D : toute personne possédant une imprimante 3D est susceptible de pouvoir produire des masques. Pour les aider, le jeune homme va leur envoyer la fameuse matière première. Grâce à ce don, un millier pourrait dès à présent être produit.

L'engouement depuis est impressionnant. "Le téléphone sonne toutes les 5 minutes", raconte le jeune homme, "c'est génial, c'est une belle aventure"
 


Habitué aux défis 


Clément est le frère du biathlète Emilien Jacquelin, champion du monde en 2019 avec l'équipe de France. 
 
Egalement sportif de haut niveau, Clément Jacquelin a fait des études d'ingénieur puis a créé son entreprise d'impression 3D à Corençon-en-Vercors, pour concevoir du matériel de haut niveau (pièces de carabine notamment) et courir avec. Il fournit aujourd'hui les plus grands athlètes, Martin Fourcade et bien sûr son petit frère Emilien.
 
"On a l'habitude du haut niveau", explique le jeune homme, "d'être confrontés aux grandes exigences". Deux autres personnes travaillent avec lui. 
 
Voir son masque certifié, voilà donc le nouveau défi. Le produit conçu par Clément Jacquelin et La Fabrique à ski est selon lui bien meilleur que le NanoHack. "Plus étanche, il s'ajuste rapidement, il est nettoyable et il est facile de changer le filtre" explique-t-il. C'est la capsule qui est imprimée en 3D.

Et il l'assure, il n'est pas question de le vendre, mais de sauver des vies. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société