Coronavirus : comment deux faux gendarmes ont tenté de verbaliser des passantes pour non respect du confinement

Photo d'illustration / © Rémy PERRIN - Maxppp
Photo d'illustration / © Rémy PERRIN - Maxppp

Les escrocs, c'est bien connu, font feu de tout bois et cette période de confinement leur donne assurément de nouvelles idées. A Grenoble, deux faux gendarmes ont ainsi tenté de verbaliser des passantes.

Par Yann Gonon

 Si vous sortez en ces temps de confinement, n'oubliez pas votre dérogation bien-sûr, ni vos papiers d'identité, mais méfiez-vous aussi des faux gendarmes ! Deux individus se sont ainsi fait passer ce jeudi 26 mars à Grenoble pour des militaires. Ils ont tenté d'escroquer deux passantes.

Les faits sont rapportés par la police de Grenoble ce jeudi soir. Ils se sont produits dans les secteurs Léon Blum et Alfred de Vigny, en milieu d'après-midi. Deux individus se seraient ainsi fait passer pour des gendarmes. Ils se seraient permis de contrôler des passantes et auraient tenté de les verbaliser "pour défaut de pièces d'identité suite au confinement", selon les forces de l'ordre.

Soucieux de faire respecter la loi mais "magnanimes", ils auraient proposé aux "contrevenantes" de payer immédiatement, sans majoration l'amende forfaitaire de 135 euros. Comme ils avaient tout prévu, ils étaient même en possession d'un terminal portable de paiement.

Bien inspirées, les deux victimes, arrêtées à une vingtaine de minutes d'intervalle, ont refusé et ont quitté les lieux. Les "faux gendarmes" ont fait de même. Aucune violence, ni menace n'a été rapportée.

La police appelle à la vigilance et donne un signalement. Les "faux gendarmes" mais "vrais escrocs" ont entre 20 et 25 ans. Ils sont blonds et ont les cheveux rasés. L'un portait un blouson avec le sigle de la gendarmerie et l'autre un brassard orange de la gendarmerie.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus