VIDEO. Covid-19 : les tests salivaires expérimentés dans une école de Saint-Martin-d'Hères

Les élèves de l'école Gabriel Pari à Saint-Martin-d'Hères ont expérimenté les tests salivaires pour dépister le Covid-19 ce vendredi. Une nouvelle technique beaucoup moins contraignante qu'un test nasal.

Les tests salivaires sont expérimentés dans une école de Saint-Martin-d'Hères depuis le 26 février.
Les tests salivaires sont expérimentés dans une école de Saint-Martin-d'Hères depuis le 26 février. © France 3 Alpes

C'est la nouveauté de la rentrée pour les écoliers isérois. Les tests salivaires pour dépister le coronavirus sont arrivés dans l'académie de Grenoble vendredi 26 février. Au sein du groupe scolaire Gabriel Pari, à Saint-Martin-d'Hères (Isère), les élèves de maternelle et de primaire les ont expérimentés pour la première fois.

Les enfants n'ont qu'à ouvrir la bouche pour se faire tester contre le Covid-19. "C'est indolore. Dans la seringue, il n'y a pas d'aiguilles, c'est une seringue vide. Ce qui est difficile pour l'enfant, c'est de garder sa bouche ouverte et de ne pas avaler sa salive", explique Corinne Secon, infirmière.

Cette nouvelle technique de test employée dans les écoles est beaucoup moins contraignante qu'un test nasal. "C'était très bien, ça faisait pas mal", réagit une fillette de moyenne section.

Covid-19 : les tests salivaires expérimentés dans une école de Saint-Martin-d'Hères

 

Efficaces à 85%

L'école martinéroise a connu des semaines compliquées depuis le début de l'épidémie avec d nombreux cas de Covid-19 recensés. Cette campagne de tests salivaires devrait donc offrir une prévention plus efficace dans l'établissement. Les résultats sont connus en 24 heures.

"Ca va permettre de faire une petite image de l'école pour voir si le virus circule parmi les adultes, les enfants, ou pas", résume Delphine Lismonde, la directrice de l'école maternelle Gabriel Peri.

D'autant plus que les tests salivaires restent fiables à 85%, contre 92% pour les tests naso-pharyngés. De quoi rassurer les parents. "Le test PCR est quand même assez invasif. Je préfère éviter ça aux enfants", estime Florian Thonnat, parent d'élève. Chaque semaine, 13 000 tests salivaires devraient être déployés dans l'académie de Grenoble.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation