COVID-19 : les sapeurs-pompiers du Service d'Incendie et de Secours sur le front de la vaccination en Isère

Elle a d'abord démarré dans les Ehpad, puis au CHU de Grenoble. La vaccination en Isère s'accélère. Depuis ce vendredi 8 janvier, les sapeurs pompiers du SDIS 38 ont mis en place un disposif dans leur caserne, à Fontaine, à Bourgoin et à Vienne. Une équipe mobile sera plus tard mise en place.

Les  sapeurs-pompiers de plus de 50 ans sont prioritaires, comme les soignants
Les sapeurs-pompiers de plus de 50 ans sont prioritaires, comme les soignants © Dominique Semet France 3 Alpes

À Fontaine, ce lundi 11 janvier, le rythme de la vaccination n'a pas encore tout à fait atteint son rythme de croisière, mais va le tenir dès les jours qui viennent. 150 personnes vaccinées par jour, voire plus "avec une grande marge de manoeuvre d'espace, et de moyens pour augmenter la pression". 

L'Etat-Major du SDI, a reçu ce matin une première injection, réalisée par les pompiers infirmiers "non pas en raison de la hiérarchie, mais un peu pour le symbole, pour donner l'exemple". Les sapeurs -pompiers sont considérés, comme les personnels soignants, en première ligne depuis le début de la pandémie. Les plus de 50 ans, comme dans le milieu médical et hospitalier, sont donc prioritaires. Ils sont 950 en Isère à avoir 50 ans ou plus. 

 

En 1ère ligne depuis le début de la pandémie

 Les soldats du feu sont sur le front depuis l'apparition du virus. En sus de leurs autres terrains d'interventions plus classiques, le SDIS a pris en charge "près de 10 000 personnes malades ou de cas de forte suspicion de contamination nécessitant une hospitalisation. Il est donc important de se protéger, pour préserver notre santé et nos efffectifs"

Les pompiers de l'Isère, en intervention à l'EPHAD de Saint-Bruno à Grenoble, le 13 avril 2020
Les pompiers de l'Isère, en intervention à l'EPHAD de Saint-Bruno à Grenoble, le 13 avril 2020 © Isabelle Guyader France 3 Alpes

Pour l'heure, seuls les publics prioritaires tels qu'ils sont définis dans le cadre du protocole, en accord avec la Préfecture et L'Agence Régionale de Santé  seront vaccinés dans les casernes. Mais le SDIS espère à terme, et plus tard dans le calendrier, permettre aux 5400 personnes de son administration de se faire vacciner.

Sur le plan logistique, les casernes "pourront aisément monter en pression en fonction des besoins". En revanche, les congélateurs dont elles disposent ne descendent pas jusqu'à -80 degrés, et ne permettent pas par conséquent de conserver les doses au-delà de deux semaines.

Tous les publics prioritaires vont pouvoir se faire vacciner dans 3 casernes réparties sur le territoire
Tous les publics prioritaires vont pouvoir se faire vacciner dans 3 casernes réparties sur le territoire © Dominique Semet

 

Les professionnels de santé mais aussi les aides à domicile font partie des personnes prioritaires.

 

À court terme, et en fonction des besoins, une équipe de vaccination mobile pourra être déployée par le SDIS.

"Le vaccin, c'est notre seul outil, arrêtons de répéter qu'il fait courir des risques"

"C'est important de souligner que ce vaccin est notre seul outil pour combattre la pandémie, et atteindre une immunité collective, arrêtons de répéter qu'il nous fait prendre des risques, martèle Jean-Claude Peyrin, président du conseil d'administration du SDIS 38. Notre mission est de pouvoir perfectionner le maillage du territoire, notamment dans le Nord Isère, et nous avons les compétences et les moyens de le faire. Nous ajusterons le dispositif en fonction des besoins, en concertation avec L'ARS et les collectivités".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 vaccins santé société