De l'enlèvement d'Eya par son père aux retrouvailles avec sa mère au Danemark : retour sur 30 heures d'enquête

La petite Eya, 10 ans, enlevée par son père et un complice ce jeudi en banlieue de Grenoble, a été retrouvée ce vendredi dans une petite ville portuaire du Danemark. La fillette est "en bonne santé" et a été remise à sa mère ce samedi 27 mai, indique le parquet de Grenoble. Retour sur cette enquête menée à l'international et couronnée de succès.

La mère d'Eya, 10 ans, est partie au Danemark pour y retrouver sa fille, brutalement enlevée jeudi en Isère par son père avant d'être retrouvée vendredi à Rodbyhavn une ville portuaire danoise, a indiqué le parquet de Grenoble ce samedi 27 mai.

"La jeune fille a aussitôt été prise en charge par les services sociaux danois", nous a indiqué le procureur de Grenoble, Eric Vaillant, précisant que les retrouvailles entre Eya et sa mère ont eu lieu ce samedi. La fillette "est en bonne santé", a confirmé le procureur.

"C'est un soulagement", selon Eric Vaillant qui se félicite d'investigations menées avec rapidité et efficacité : "Nous avons retrouvé Eya après 30 heures d'enquête. C'est quand même très rapide et ce, grâce à un superbe travail des policiers grenoblois, de la police judiciaire de Paris et des policiers de l'Europe entière, puisque tous les pays ont été mobilisés."

Une cavale en Suisse, en Allemagne et au Danemark

Eya, scolarisée en CM2, avait été enlevée jeudi pendant qu'elle marchait avec sa mère sur le chemin de son école de Fontaine, en banlieue de Grenoble. Selon le parquet, le père "et un complice encagoulé" ont "gazé avec du produit lacrymogène la mère de la petite fille" avant de s'emparer de l'enfant, en la tirant par les cheveux pour la forcer à monter dans un véhicule.

Grâce aux voitures que nous suivions, nous avons su qu'ils étaient passés par la Suisse et par l'Allemagne. À partir de ce moment, on se doutait bien que la destination finale fût plutôt la Suède.

Eric Vaillant, procureur de Grenoble.

Les éléments en possession des enquêteurs laissaient penser que le père, son complice et l'enfant étaient partis à l'étranger. Avec comme destinations possibles : la Suède et la Tunisie, pays correspondant à la double nationalité du père, âgé de 53 ans.

"Au départ, on pensait à une destination vers la Tunisie, indique Eric Vaillant. Grâce aux voitures que nous suivions, nous avons su qu'ils étaient passés par la Suisse et par l'Allemagne. À partir de ce moment, on se doutait bien que la destination finale fût plutôt la Suède. Mais comme plusieurs véhicules étaient ciblés, on ne pouvait pas savoir si les personnes qui avaient enlevé Eya allaient se séparer ou non. C'est pour cela, que nous avons aussi fait des investigations en France, d'où le lancement de l'alerte enlèvement d'ailleurs."

Une interpellation sans "soucis particulier"

Une trentaine d'heures après son enlèvement, la fillette a été retrouvée vendredi après-midi à Rodbyhavn, ville située à une centaine de kilomètres au sud de Copenhague au Danemark et point de passage de ferries en provenance d'Allemagne.

Selon la police danoise, ses ravisseurs, le père de la fillette et un complice, ont été interpellés vers 14h30 et Eya a pu être mise en sûreté. "Je n'ai pas eu d'information sur une interpellation violente. Au contraire, j'ai l'impression, qu'à la lecture des documents qui m'ont été envoyés, qu'il s'agissait d'une arrestation tout à fait classique à l'occasion d'un contrôle routier banal. Il n'y a pas eu de souci particulier", ajoute le procureur de Grenoble.

Une information judiciaire ouverte

Une information judiciaire a été ouverte, notamment pour violences aggravées sur la mère de l'enfant ainsi que pour soustraction par ascendant et complicité : "Il y a des accusations de violences qui sont objets de l'instruction. Celles-ci ont été commises au moment de l'enlèvement : la maman a été gazée et la petite fille a été tirée par les cheveux pour la faire rentrer de force dans la voiture", indique Eric Vaillant.

"Puis, nous avons un dossier plus ancien au sujet de violences conjugales du père sur la mère. Mais ce dernier n'avait pas pu être entendu puisqu'il se trouvait en Tunisie jusqu'à présent", ajoute-t-il.

Bientôt remis à la France ?

Une enquête a été ouverte. Elle permettra, entre autres, de faire la lumière sur tous les détails de cet enlèvement et ses préparatifs : "Ce sera le travail du juge d'instruction de faire la lumière sur la préparation de cet enlèvement. On sait qu'il a été préparé : la maman était surveillée depuis au moins la veille", indique le procureur, qui ne souhaite pas donner de plus amples informations sur le complice : "On a quelques détails sur lui. On sait que c'est un ami du père, qui a, à peu près, le même âge que lui."

Pour le moment, les deux mis en cause sont toujours entre les mains des autorités danoises : "Compte tenu des mandats d'arrêt européens émis, ils vont être remis à la France dans un délai allant de quelques jours à quelques semaines. Cela dépendra s'ils exercent, ou pas, des voies de recours au Danemark", nous détaille Eric Vaillant.

Ils seront ensuite remis à l'administration pénitentiaire en France, et seront présentés à un juge d'instruction. Le parquet demandera le placement en détention provisoire des deux suspects.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité