• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Dégradations sur une école à Grenoble : le tireur de billes visait des moineaux et des pigeons

Image d'illustration / © Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Image d'illustration / © Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Un homme de 61 ans a été arrêté mercredi 23 janvier 2019 à Grenoble pour avoir tiré des billes en verre dans les vitres du groupe scolaire Malherbe. Placé en garde à vue, le mis en cause sera présenté devant un délégué du procureur.

Par Mai-Linh Nguyen-Stephan

Un sexagénaire a été arrêté, le mercredi 23 janvier 2019, après avoir tiré à plusieurs reprises sur une école maternelle Malherbe, au 25 rue malherbe à Grenoble, à l’aide d’un lance-pierre.
 

Les faits ont commencé la veille, le mardi 22 janvier 2019, aux alentours de 11 heures. Les impacts sur les vitres de l’école, ont d’abord laissé penser qu’il pouvait s’agir de plomb ou de diabolos (arme à feu exclue rapidement).

Par la suite, des billes de verre ont été retrouvées sur la chaussée. Compte tenu de ces éléments, l’enquête s’est donc orientée vers l’usage d’un lance-pierre ou d’un système type airsoft modifié, depuis la rue ou les immeubles en face.

Le mercredi 23 janvier 2019, vers 10 heures, de nouveaux tirs étaient remarqués par le personnel de l’école. Après l’arrivée des forces de l’ordre sur place, le tireur a été repéré au 7ème étage du 24 avenue Malherbe.

Dans l’appartement, 5 lance-pierres et des billes ont été retrouvés, ainsi qu’un pistolet type airsoft.

L’individu, a été interpellé et placé en garde à vue. Le matériel, lui, a été saisi.

Interrogé par la police, le mis en cause a expliqué tirer des billes en verre de l’autre côté de la rue car sa voisine du dessus attirait des moineaux et des pigeons en jetant du vieux pain sur son balcon, ce qui était la source de nombre de déjections sur son parapet en contrebas.

Le sexagénaire dit ne pas avoir remarqué que les billes finissaient leur course sur l’école dans le prolongement des tirs.

Le préjudice s’élève à 2700 euros. L’homme de 61 ans sera présenté devant un délégué du procureur pour indemnisation et le matériel saisi sera détruit.
 

Sur le même sujet

in : la 33e édition du Mondial du Quad se prépare à Pont-de-Vaux

Les + Lus