Elle sauve des équidés maltraités et "abîmés par la vie" : l’association Cheval Espoir 38 lance un appel aux dons

Installée en Isère, l'association Cheval Espoir 38 prend actuellement en charge une quarantaine d’équidés maltraités et abandonnés. De plus en plus sollicitée et face à l'accumulation des frais vétérinaires, la structure lance un appel aux dons afin de pouvoir poursuivre sa mission.

Oriatana, 22 ans, est arrivée en Isère après avoir été prise en charge par l’association Cheval Espoir 38. Le sauvetage a été effectué dans l’Ain, après un signalement datant du 18 janvier. "La jument était avec un âne dans un pré et en situation de maltraitance", explique Céline Simon, la présidente de l’association qui, pour ce dossier, a œuvré avec la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) et la gendarmerie.

Oriatana est arrivée très abîmée.

Céline Simon, présidente de l'association Cheval Espoir 38

"Cette ancienne jument de course, de trot attelé plus exactement, ne peut plus plier son genou, fracturé. Elle est maigre et souffre d’ulcères gastriques", ajoute Céline Simon. "Les gendarmes ont trouvé un accord avec le propriétaire pour qu’il cède la jument et l’âne, donc on ne pourra pas porter plainte", regrette-t-elle. "Nous avons extrait les équidés de ce pré, ce qui est l’essentiel, mais rien ne nous garantit qu’il n’en reprendra pas d’autres".

Une prise en charge onéreuse

Si Oriatana est sauvée et désormais installée dans un pré isérois, la jument souffre toujours et la guérison de son genou semble compromise. "On l’a enlevée de son lieu de torture pour lui offrir une fin de vie décente et lui prouver que les humains peuvent être gentils", confie la présidente de l’association Cheval Espoir 38, précisant que la structure bénéficie d’un traitement contre l’arthrose offert par un laboratoire. "Mais il lui faut aussi un remède contre ses douleurs gastriques", poursuit Céline Simon, sans compter le prix des consultations vétérinaires.

Cette prise en charge ajoute des frais à l’association.

Céline Simon, présidente de l'association Cheval Espoir 38

Pour pouvoir poursuivre sa mission d’accompagnement et d’action sur "des grands cas de maltraitance", la structure, qui prend en charge actuellement une quarantaine d’équidés "abîmés par la vie", a lancé une cagnotte.

"Besoin d’aide" face à "de gros frais vétérinaires"

En 2023, l’association, qui existe depuis 2009 et reconnue d’intérêt général, avait récolté 45 000 euros de dons de la part de donateurs particuliers et d’entreprises "touchés par la cause animale". Cette année, ses bénévoles, de plus en plus sollicités, tirent la sonnette d’alarme.

"Nous n’avons pas de refuge à proprement parler mais nous avons des familles d’accueil en Isère, en Savoie et en Haute-Savoie qui prennent soin de nos protégés", explique Céline Simon, "et nos secours engagent de gros frais vétérinaires". Au-delà de cette aide citoyenne, la présidente de la structure espère également obtenir des subventions : "Nous sommes très sollicités mais il faudrait aussi qu’on nous aide", souffle-t-elle auprès de France 3 Alpes. "On ne pourra plus suivre, au bout d’un moment".

De plus en plus de signalements

En 2022, l’association effectuait l’un de ses plus gros sauvetages : celui de Gatsby, retrouvé en "grande détresse animale" et "en grande précarité sanitaire" avec un indice corporel de 1/5. "Nous avons dû le relever pendant trois mois, trois à quatre fois par jour", témoigne Céline Simon. Si ce cheval a été sauvé, avec l’aide des services vétérinaires de l’Isère, c’est grâce au signalement d’une promeneuse.

"Celles et ceux qui suspectent des cas de maltraitance nous contactent et cela débouche souvent sur un retrait dans des cas aussi graves", exprime la présidente de l’association. Elle constate que depuis la crise sanitaire et grâce à l’évolution des réseaux sociaux, "les signalements sont plus faciles et donc plus nombreux" face à une hausse des abandons en raison de l’inflation et du contexte actuel.

Des ânes ou des chevaux en souffrance qui étaient invisibles deviennent visibles.

Céline Simon, présidente de l'association Cheval Espoir 38

Ces équidés secourus poursuivent leur vie, soit dans les prés de l’association, soit adoptés, soit en famille d’accueil, leur état de santé étant surveillé par les bénévoles de Cheval Espoir 38. Si vous souhaitez entrer en contact avec eux, les membres de l’association seront présents à la foire de Beaucroissant les 20 et 21 avril prochains.