Grenoble : 400 lycéens du monde entier dans une simulation de l'ONU

Le Conseil de Sécurité de 1964... ou presque. / © France 3 Alpes
Le Conseil de Sécurité de 1964... ou presque. / © France 3 Alpes

Des lycéens venus du monde entier ont débattu pendant trois jours de l'avenir de la planète. Une expérience pédagogique enrichissante, autant qu'une ouverture sur le monde et ses enjeux contemporains.

Par TH avec Jean-Christophe Pain

Situation de crise historique : le vice-président des États-Unis vient d'être enlevé par des Nord-Vietnamiens, et est détenu par les Soviétiques. Au Conseil de Sécurité de l'ONU, Américains, Français et Britanniques débattent de la position à tenir...

Pas d'inquiétude, la Troisième Guerre mondiale n'est pas en marche. Cette conférence n'est en réalité qu'un exercice. Une simulation de trois jours organisée, pour la huitième année consécutive, par le lycée privé de l'Externat Notre-Dame à Grenoble, entre vendredi 14 et dimanche 16 février. En l'occurence, une reconstitution peu historique de la conférence de l'ONU de 1964. 
 

Alors les lycéens revisitent la Guerre froide, en jouant aux diplomates. Sur les tables, des petits drapeaux flottent pour représenter les différents pays représentés, et une photo du président Nixon (qui n'est pourtant élu qu'en 1968) trône fièrement sur le plan de travail des Américains.

"On fait des clauses et des résolutions pour récupérer notre président. Et on essaie d'apaiser les tensions entre le communisme et le capitalisme", explique Hannah Laib, élève de terminale.
 

Un autre regard sur l'actualité


Embargo, expulsions de ressortissants soviétiques et sanctions économiques contre l'URSS : tous les moyens sont bons pour résoudre la crise. Une expérience très enrichissante pour ces élèves de première et terminale qui ont préparé cette Conférence Internationale pendant de longs mois.

"On traite des sujets totalement d'actualité. Et par le biais d'un grand jeu de rôle, on comprend ce qui se passe et ce qui nous entoure de manière ludique et pédagogique", confirme Mathilde Hivert, élève de terminale, qui officie en tant que secrétaire général de cette fausse ONU.
 
L'Assemblée plénière de la simulation ce dimanche 16 février 2020 à Grenoble. / © France 3 Alpes
L'Assemblée plénière de la simulation ce dimanche 16 février 2020 à Grenoble. / © France 3 Alpes

Après le travail en comité, voici l'examen des résolutions par l'Assemblée plénière. Et en anglais. Sur ses bancs, plus de 400 élèves venus de toute la France, mais aussi de Grèce, de Belgique, du Koweït, d'Égypte, ou de Turquie. La thématique de cette édition : "l'Humanité face aux défis du développement, entre émergence e développement durable", selon le Livret du délégué, distribué à tous les participants.

"De temps de temps, il y a quelques problèmes entre les pays, donc on essaie de résoudre les quelques problèmes de communication", résume Mehmet Ekin Dogan, élève du lycée américain d'Uskudar à Istanbul.
 

80 résolutions présentées en plénière


Dans l'Assemblée, les diplomates s'échangent des petits papier à distance, discutent avec leurs voisins et se succèdent au pupitre pour déclamer un bout de discours. Tous sont en veste ou en tailleur élégant, étiquette oblige, et doivent suivre un protocole bien précis pour présenter et signer une résolution, avant de la débattre. Et tous doivent parvenir à s'entendre malgré les divergences et les positions nationales, bien préparées en amont pour coller à la réalité.
 

Un travail d'échange et d'ouverture bénéfique selon Sebnem Bedizel Bayındır, professeure de français lycée d'Uskudar : "Ils représentent tous des pays différents de leurs pays natal, donc ça leur permet de voir les choses différemment.

S'ouvrir au monde donc. Après 3 jours de débats intenses, ces lycéens ont présenté 80 résolutions à l'Assemblée. Parmi elles, la création de Parcs Nationaux en Amazonie pour lutter contre la déforestation. Avant une fin de la conférence en début d'après-midi ce dimanche 16 février.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus