Grenoble : 600 euros d'amende pour avoir organisé une soirée clandestine pendant le couvre-feu

En janvier dernier, un homme âgé de 37 ans avait réuni près de 200 personnes lors d’une soirée clandestine organisée pendant le couvre-feu à Saint-Martin-d’Hères, près de Grenoble. Jugé le 26 février, il a été condamné à 600 euros d’amende.

Le hangar dans lequel s'est déroulée la fête à Saint-Martin-d'Hères, en Isère, samedi 16 janvier 2021.
Le hangar dans lequel s'est déroulée la fête à Saint-Martin-d'Hères, en Isère, samedi 16 janvier 2021. © Jean-Christophe Solari - France 3 Alpes

La facture de la soirée est plutôt salée. Vendredi 26 février, l’organisateur d’une soirée clandestine a été condamné à payer 600 euros d’amende. "Il a été condamné pour mise en danger de la vie d'autrui. Le juge a validé la proposition du parquet", a indiqué Éric Vaillant, procureur de la République, précisant que le casier judiciaire du mis en cause, âgé de 37 ans, était vierge.

Jugé dans le cadre d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRCP), il avait été interpellé dans la nuit du 16 au 17 janvier lors d'une soirée à laquelle la police venait de mettre fin.

Celle-ci avait été prévenue par une voisine, gênée par le bruit, d'un local associatif situé à Saint-Martin-d'Hères. Si la plupart des 200 participants avaient fui à l'arrivée des forces de l'ordre, certains avaient essayé de résister et contraint la police à faire usage de gaz lacrymogène.

 

38 personnes verbalisées

Outre l'organisateur de la soirée, également locataire des lieux, les policiers avaient interpellé un participant né en 2001, accusé de violences volontaires, et le DJ de la soirée pour mise en danger de la vie d'autrui et possession de stupéfiants.

Trente-huit verbalisations pour non port du masque avaient été dressées et la sono avait été saisie.

L'auteur des violences contre les forces de l'ordre a été condamné le 18 janvier à 105 heures de travail d'intérêt général, avec une incarcération de 3 mois en cas d'inexécution. Le DJ, qui a réclamé un délai pour préparer sa défense, sera jugé en avril.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société justice faits divers