Grenoble : mouvements inquiétants de la tour Perret, un périmètre de sécurité mis en place

Des capteurs installés à l'occasion de la rénovation du monument ont indiqué des mouvements inquiétants depuis le 23 décembre. La ville de Grenoble a décidé d'installer un périmètre de sécurité de 50 mètres autour de l'édifice.

La Tour Perret dans le parc Paul-Mistral à Grenoble (isère).
La Tour Perret dans le parc Paul-Mistral à Grenoble (isère). © Dominique Semet / France 3 Alpes

Depuis le mercredi 23 décembre, un capteur situé à 72 mètres de haut indique que la tour Perret bouge de manière précoccupante. Le seuil d'alerte a été dépassé à plusieurs reprises. 

L'entreprise en charge de la surveillance à plein temps de l'édifice a alerté rapidement la ville de Grenoble. La municipalité a décidé de mettre en place un périmètre de sécurité de 50 mètres autour de la tour dans le parc Paul Mistral.

La sécurisation des alentours de la tour Perret dans le parc Paul Mistral.
La sécurisation des alentours de la tour Perret dans le parc Paul Mistral. © Mayeul Aldebert / France 3 Alpes

La tour, haute de 90 mètres et large de 8 mètres, est soumise aux changements de températures et aux vents qui peuvent expliquer certains mouvements. Cependant, selon François Botton, l'architecte en charge de la rénovation, "il est encore trop tôt pour faire des hypothèses sur les raisons de ces mouvements". En attendant la priorité est donné à la sécurisation de l'espace public en cette période de fêtes où d'avantage de monde vient se promener dans le parc.

La tour étant fermée depuis les années 1960, "on manque de repères et de recul pour expliquer ces mouvements préoccupants", a ajouté l'architecte. Dès la rentrée, un bureau d'études sera missionné pour effectuer d'autres contrôles, resserrer le maillage de capteurs et déterminer les prochaines mesures à prendre.

A l'occasion de la restauration de ce monument emblématique de Grenoble, des capteurs ont été installés pour surveiller ses mouvements éventuels. Les études précédents les chantiers avaient montré un écart à la verticale de 25 cm à 60 mètres de hauteur mais aucun mouvement inquiétant n'avait été décelé. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture accident faits divers architecture