Grenoble : plusieurs dizaines d'étudiants toujours sans affectation

Ils se sont baptisés les "sans fac". Une semaine après la rentrée universitaire, ils seraient une centaine à Grenoble à ne pas avoir d'affectation selon l'Unef. Ce mardi midi, le syndicat étudiant a pris à partie la présidence de l'université.

Une semaine après la rentrée universitaire, des étudiants grenoblois seraient environ une centaine à ne toujours pas avoir d'affectation.
Une semaine après la rentrée universitaire, des étudiants grenoblois seraient environ une centaine à ne toujours pas avoir d'affectation. © Dominique Bourget / France Télévisions
Il suffit d'arpenter les allées du campus pour constater que la rentrée universitaire est bel et bien une réalité pour l'immense majorité des 55.000 étudiants inscrits à Grenoble. Mais pour certains, c'est encore l'inconnu. L'Unef, le premier syndicat étudiant, a interpellé ce mardi midi l'administration sur le cas de dizaines d'étudiants toujours dans l'attente d'une affectation.

Jean, un étudiant africain, se retrouve dans cette situation. Malgré sa réussite en licence, il s'est vu refuser un master, pourtant suite logique de son cursus. "C'est quand même angoissant de voir mes camarades aller à la fac, de savoir que normalement je devrais être avec eux parce que j'ai la capacité de poursuivre, et que là je suis sans affectation et que je ne sais pas où je serai l'année prochaine", s'inquiète-t-il. 

L'Unef affirme dans un tweet, après avoir échangé avec la présidence, "qu'aucune réponse satisfaisante ne [leur] a été apportée" :   

Des étudiants précaires 

"Ce sont des étudiants qui ont des profils très variés. Il y a à la fois des étudiants qui souhaitent s'inscrire en licence en master via Parcoursup, via Campus France. Ce qu'on remarque tout de même, c'est que c'est les étudiants les plus précaires qui sont les plus ciblés par cette sélection. Les étudiants des classes populaires, les étudiants étrangers, etc.", assure le Quentin, étudiant en histoire et militant de l'UNEF.

Pour l'Unef, la mise sur la touche de ces étudiants s'ajoute à une précarisation aggravée par la crise sanitaire et à une sélection de plus en plus dure dans certaines filières. 

Contactée, l'université nous a assuré qu'elle examinait "avec la plus grande attention les dossiers des candidats qui se trouvent actuellement sans proposition d'affectation, notamment les nouveaux bacheliers issus de l'Académie de Grenoble et les diplômés de l'UGA en attente d'affectation en master". Elle précise "qu'à ce jour, les effectifs des formations ne sont pas stabilisés : la fin de la période complémentaire de Parcoursup a été repoussée au 24 septembre prochain pour permettre plus de propositions et pour les filières en master le 15 septembre prochain."


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société manifestation économie social