Grenoble : la qualité de l'air se dégrade sur l'agglomération, des restrictions appliquées dès ce jeudi 23 janvier

L'épisode de pollution de l'air aux particules fines se poursuit dans le nord de l'Isère et s'intensifie dans le bassin grenoblois. Ce jeudi 23 janvier, la préfecture a placé l'agglomération grenobloise en alerte de niveau 1. Des restrictions sont désormais appliquées.
© Anne Hédiard - FTV.
Avec un indice de 88 sur 100 sur le site de mesure de la pollution atmosphérique Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes, la qualité de l'air de la métropole grenobloise est qualifiée de médiocre ce jeudi 23 janvier. La situation restera globalement la même vendredi et samedi. 
 
En conséquence, la préfecture de l'Isère a placé le bassin grenoblois en alerte de niveau 1. Cette procédure implique un certain nombre de restrictions visant à réduire les émissions de particules fines, qui prennent effet à partir de 17h ce jeudi 23 janvier. 
 

Des mesures concernant les transports : 

• Il est demandé à tous les véhicules d'abaisser temporairement leur vitesse de 20km/h sur tous les axes routiers du bassin d'air grenoblois lorsque la vitesse est limitée ou supérieure à 90km/h. Les axes dont la vitesse autorisée est égale à 80 km/h sont désormais limités à 70 km/h.

• Seuls les véhicules disposant d’un certificat de qualité de l’air de classe "zéro émission moteur", de classe 1, ou de classe 2, ou de classe 3 sont autorisés à circuler dans les communes formant la métropole de Grenoble-Alpes.

• Cette dernière restriction ne s’applique pas aux autres communes composant le bassin d’air grenoblois ni sur les axes routiers suivants pour lesquels seule l’obligation de disposer un certificat qualité de l’air est nécessaire : A41S, A480, A51, A48, A49, rocade sud (RN87), RN481 et RN85.
 


Des mesures concernant le secteur résidentiel : 

• L’utilisation du bois et de ses dérivés comme chauffage individuel d’appoint est interdite.

• La pratique du brûlage des déchets est totalement interdite : les éventuelles dérogations sont suspendues.

• La température de chauffage des bâtiments doit être maîtrisée et réduite, en moyenne volumique, à 18 °C.

• Les travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils non-électriques ou avec des produits à base de solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis) doivent être reporter à la fin de l’épisode de pollution. La mesure s’applique dans les espaces verts et jardins publics, mais également dans les lieux privés.


Attention aux personnes vulnérables

D'autres mesures s'appliquent pour les secteurs industriels et agricoles.

Il est également recommandé d'éloigner les personnes sensibles et vulnérables des axes routiers aux heures de pointe, de limiter les sorties entre 13h et 20h et de limiter les activités sportives intenses.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement