Grenoble : un homme meurt après avoir reçu un coup de cutter à la gorge

Une enquête est en cours après la mort d'un homme quartier Teisseire à Grenoble. Victime d'un coup de cutter à la gorge, il a succombé à ses blessures. La police judiciaire s'est saisie du dossier. Une autopsie est prévue demain

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Lionel VADAM - Maxppp.

Un homme âgé d'une cinquantaine d'années a succombé à ses blessures après avoir reçu un coup de cutter à la gorge lundi 22 février à Grenoble. Des riverains ont alerté la police peu après 13 heures. Dépêchés sur place, les secours n'ont pas pu réanimer la victime qui a été déclarée décédée. Le quinquagénaire a été découvert inanimé dans une rue du quartier Teisseire, non loin de son domicile. Il a pu être identifié et n'est pas connu des services de police. 

Les enquêteurs ont procédé sur place aux premières constatations dans le cadre de l'enquête qui a été ouverte. Un cutter a été retrouvé à proximité, probablement l’arme du crime. Les investigations ne font que débuter et aucune piste n'est pour l'instant privilégiée, a-t-on appris auprès de la Direction départementale de la sécurité publique de l'Isère. Les fonctionnaires du Groupe d'appui judiciaire (GAJ) se sont rendus sur place à la recherche d'éventuels témoins. 

Ils vont laisser leur place aux enquêteurs de l'antenne de police judiciaire de Grenoble qui prennent la tête de l'enquête. Les auteurs ont pris la fuite, personne n'a pour l'instant été interpellé. 

 

Une autopsie est prévue demain

"La victime, de nationalité française, résidant de ce quartier grenoblois, est un homme né en 1968, inconnu des services de justice. Un magistrat du parquet de Grenoble s’est rendu sur les lieux et a saisi le service de police judiciaire de Grenoble d’une enquête en flagrance du chef d’homicide volontaire. Une autopsie de la victime est prévue demain matin. A ce stade des investigations, les circonstances plus précises de ce décès restent indéterminées" précise ce soir Céline Nainani procureur adjointe de Grenoble, dans un communiqué.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société