Les associations fondées par l’abbé Jaccard, soupçonné d’abus sexuels, attaquent l'archevêque de Besançon pour diffamation

En 2021, le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d’éventuelles victimes" de l’abbé Jaccard. Il soupçonne ce missionnaire catholique, connu pour son action contre la lèpre en Afrique, d’avoir commis des abus sexuels. Deux associations savoyardes, qui portent son nom, estiment être des "victimes collatérales" et attaquent le prélat en diffamation.

"L’existence de ces associations est menacée". C’est par le biais de leur avocat, Me André Soulier, que les organismes "Un pas avec les frères Jaccard" et "Les frères Jaccard en visitation" ont annoncé avoir porté plainte pour diffamation contre l’archevêque de Besançon.

Ces associations, basées en Savoie à Chambéry et à Pugny-Chatenod, estiment avoir été les victimes collatérales d’un appel à témoignage lancé par le diocèse en 2021. Elles portent le nom des frères Jaccard, deux figures marquantes de l’action catholique en Afrique connues pour leur combat contre la lèpre. Mais depuis 2020, l’un d’entre eux, l’abbé Raymond, est soupçonné d’abus sexuels.

Retour sur les faits

En 2020, le diocèse de Besançon aurait été destinataire "d'informations orales et écrites mettant en cause" cet abbé, un "prêtre incardiné dans le diocèse de Besançon, pour des abus d'ordre sexuel et spirituel sur des personnes majeures". L’archevêque avait alors signalé ces faits présumés au parquet de Chambéry, qui avait ouvert une enquête préliminaire. Le décès de Raymond Jaccard, survenu l’année suivante, avait finalement clos les investigations.

Malgré l’extinction de l’action publique, Monseigneur Bouilleret, l’archevêque du diocèse de Besançon, avait estimé qu’en l'état de l'enquête, les faits dénoncés avaient été "corroborés par de nombreux témoignages". Il avait alors diffusé un communiqué, dans lequel il invitait "toute personne ou proche de personne concernée à prendre contact avec la cellule d'écoute du diocèse par téléphone".

Dans cet appel pour retrouver d’éventuelles victimes, le diocèse de Besançon appelait toutefois à "distinguer" les soupçons pesant sur l’abbé "des œuvres des Frères Jaccard".

Des "dommages collatéraux"


Car, au cours de leur vie de missionnaires, Raymond et Pierre Jaccard avaient fondé plusieurs associations pour soutenir leurs actions à l’étranger. Toutes deux basées en Savoie, "Un pas avec les frères Jaccard" et "Les frères Jaccard en visitation" poursuivaient leurs œuvres en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, jusqu’à ce que les accusations portées à l’encontre de Raymond Jaccard soient rendues publiques par l’archevêque.

"On nous prive de dire aux gens de suivre l’exemple des frères Jaccard, et on ne vend plus les livres qu'ils ont écrit" regrette Monica Lima, responsable d'une des associations. On est sûrs que ces accusations sont fausses. L'archevêque a jeté le discrédit et le mensonge sur nous".

"L’existence de ces associations est menacée à la suite de l’initiative du prélat bisontin. L’incidence, notamment dans le milieu de l’édition, est depuis patente", renchérit leur avocat, Me André Soulier, par voie de communiqué. Il rappelle que Raymond Jaccard "est décédé en 2021 sans qu’aucune poursuite n'ait été diligentée contre lui". 

Ce lundi 27 mars, les deux associations ont donc porté plainte pour diffamation à l’encontre de l'archevêque Monseigneur Bouilleret "à raison de l’atteinte portée au nom Jaccard". Et ce, afin de pouvoir poursuivre les actions caritatives que les deux frères ont menées de leur vivant.

Contacté, le diocèse de Besançon n’a pour l’heure par répondu à nos sollicitations. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité