Meurtre de Maëlys : "J'ai bien pris conscience", les dernières déclarations de Nordahl Lelandais avant le verdict

Nordahl Lelandais s'est une dernière fois exprimé devant la cour d'assises de l'Isère, ce vendredi 18 février, dernier jour de son procès, au sujet du meurtre de Maëlys et deux agressions sexuelles sur des petites cousines. Le délibéré est attendu dans la journée.

Il l'a martelé au cours de ces trois semaines de procès. Il a dit qu'il "s'expliquerait" sur ses gestes. Mais les familles devront se contenter des maigres aveux de vendredi dernier. Nordahl Lelandais, jugé pour le meurtre de Maëlys et deux agressions sexuelles sur des petites cousines, a pris une dernière fois la parole devant la cour d'assises de l'Isère.

Chemise blanche, il s'est levé dans son box des accusés, à la demande de la présidente de la cour d'assises. "Comme je l’ai dit, vendredi, je reconnais l’intégralité des faits qui me sont reprochés avec sincérité", a accordé le trentenaire. En fin de semaine dernière, Lelandais avait reconnu avoir "volontairement" enlevé et tué la petite Maëlys, le soir du 27 août 2017 lors d'une soirée de mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère.

Le silence des familles

"La deuxième chose, c’est que je sais que les familles n’accepteront jamais mes excuses. Mais je me dois de leur présenter mes excuses avec la plus grande sincérité", a-t-il également expliqué.

Ces familles étaient arrivées en nombre, ce vendredi. La mère, le père, la sœur, les grands-parents, les oncles, les tantes, mais aussi les parents des petites filles agressées sexuellement par Nordahl Lelandais. Tous étaient là. Tous pouvaient espérer un ultime rebondissement. Mais Lelandais a fait le choix de se murer dans sa version des faits. Celle qu'il a répétée au cours de ces trois dernières semaines de procès.

J’ai entendu les experts sur le long travail que j’ai à entreprendre sur moi-même. J’en ai bien conscience et je vais le faire.

Nordahl Lelandais

L'accusé, contre qui le procureur général a requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans, s'est exprimé brièvement. Sa prise de parole a débuté à 9h13. Elle s'est terminée à 9h15 : "J’ai entendu les experts sur le long travail que j’ai à entreprendre sur moi-même. J’en ai bien conscience et je vais le faire. J’ai déjà commencé, mais je vais le faire avec une grande détermination."

"J’ai bien pris conscience de ce qu’il s’est passé depuis 4 ans et demi pendant ces 3 semaines. Je voudrais présenter mes excuses à toutes les familles à qui j’ai fait du mal", a-t-il conclu.

Avant de quitter le box des accusés, quelques hochements de tête pour remercier la présidente, un regard vers les familles. Et rien de plus.

Le verdict attendu dans la journée

Les familles sont ressorties dans le silence de cette salle d'audience, dans laquelle elles ont été présentes tout au long des auditions. Même lors des moments les plus difficiles. Même lors des vidéos d'agressions sexuelles. Même lors des explications parfois vacillantes de l'accusé, qui "fête" son 39e anniversaire le jour de son verdict.

Aucune émotion de leur part, comme si elles n'en attendaient pas davantage. La présidente a récité une quinzaine de questions auxquelles les jurés vont devoir répondre. Une dizaine sur l'enlèvement, la séquestration et le meurtre de la petite fille de 8 ans. Et cinq autres sur les faits d'agressions sexuelles sur des petites cousines.

Les jurés se sont ensuite dirigés dans la salle des délibérés. Ils n'en ressortiront qu'au moment du verdict, attendu au cours de la journée.  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité