PHOTOS. Grenoble : la patinoire Polesud en travaux, une scie d'une tonne mobilisée pour découper la dalle en béton

Il n’y a plus de glace à Polesud. La patinoire grenobloise est en travaux depuis fin avril. Au programme : une dalle toute neuve et une patinoire plus respectueuse de l’environnement.

La dalle de béton de la petite patinoire va être découpée
La dalle de béton de la petite patinoire va être découpée © Frédéric Lefrançois - FTV.
C’est un sacré chantier qui a débuté fin avril, un chantier pour donner un coup de neuf et améliorer les performances de Polesud, la patinoire grenobloise. « Ce n’est pas du luxe, la patinoire en avait vraiment besoin » nous explique Benjamin Agnel, le directeur de l’enceinte glacée. « Ces travaux sont prévus de longue date et le budget total tourne autour des 3 millions et demi d’euros ».

Avec une somme pareille, on peut s’attendre à de gros changements. Ils ne seront peut-être pas tous visibles à l’œil nu et pourtant ils donneront un nouveau souffle à Polesud. Les travaux engagés concernent toute la patinoire, du sol au plafond, de la structure aux différentes machineries, tout sera amélioré.

 
La grande piste déglacée
La grande piste déglacée © Frédéric Lefrançois - FTV.
 

« On a commencé par dégeler les deux pistes »


Polesud abrite deux patinoires. Une pour le grand public, une autre pour la compétition (c’est sur cette piste que jouent les Brûleurs de Loups, c’est également là que se déroulent les Internationaux de France de patinage artistique), « les deux pistes vont connaître des changements. Celle qui sert aux Brûleurs va profiter d’un coup de neuf puisqu’on va juste refaire le traçage au sol pour le hockey, en revanche pour la deuxième ça va être plus lourd, car là on va carrément refaire la dalle » détaille le directeur du site « mais avant de lancer la cavalerie, on a commencé par dégeler les deux pistes, ça a pris quelques jours ».
 
© Frédéric Lefrançois - FTV.

Normal quand on sait qu’au total se sont plus de 160 000 litres d’eau qu’il a fallu évacuer « la plus grande piste fait 1800 m², la plus petite celle du grand public en fait 1500, et en gros il y a quatre centimètres de glace sur la dalle. Au final, ça fait un peu plus de 150 m3 d’eau ». Une fois sèches, les grosses opérations ont pu débuter et c’est surtout du côté de la petite piste que ça se passe.
 

La dalle de la petite piste date de la création de la patinoire en 2001



Si la dalle en béton de la grande piste a été refaite en 2009, « celle de la petite est d’origine » précise Benjamin Agnel. « Et l’heure était venue de la remettre en état, et la remettre en état ça veut dire : la changer » !

Une opération qui demande un sacré savoir-faire, car avant de couler une nouvelle dalle, il faut découper et évacuer l’ancienne. Ça c’est le boulot de Stéphane, le technicien de l’entreprise AWS Diamcoupe « ce n’est pas la première fois que je découpe dans une patinoire, j’ai déjà fait Colmar et Mulhouse… ça va bien se passer, il faut juste bien préparer le chantier et ensuite, c’est elle qui fait tout » !
 
© Frédéric Lefrançois - FTV.

Elle, c’est la FSD 1274, une scie de sol de plus d’une tonne qui avec son moteur diesel développe 74 chevaux ! Dotée d’une lame équipée en diamants de synthèse, elle va découper la dalle de béton en un peu plus de 48 heures. Il faudra utiliser une dizaine de lames à plus ou moins 700 euros pièce.
 
© Frédéric Lefrançois - FTV.

« On va d’abord faire un sondage pour être certain de ce qu’on va trouver en dessous et ensuite, si tout est ok, je vais dessiner un damier et on attaquera la partie découpe ». Apparemment, le sondage n’a rien révélé qui aurait pu empêcher le travail de commencer. Un travail impressionnant puisque c’est la bagatelle de 540 blocs de bétons qui va être extrait, chacun pesant 900 kilos !
 

Une patinoire plus respectueuse de l’environnement



Les travaux à Polesud ne concernent pas que les pistes. « L’éclairage de la patinoire qui accueille les matchs de la Ligue Magnus et les grands événements sportifs sera aussi entièrement refait », détaille Benjamin Agnel, « sans oublier que nous allons aussi changer toute la partie aération/ventilation/ climatisation de l’enceinte, nous allons gagner en économie d’énergie à tous les niveaux et être plus éco-responsable dans notre système de fabrication de la glace ».
 
La machinerie située sur le toit de la patinoire.
La machinerie située sur le toit de la patinoire. © Frédéric Lefrançois - FTV.

Toute cette machinerie sera extraite du site début juin grâce à une grue géante qui ira les « chercher » directement sur le toit de Polesud, les éléments étant trop gros pour être sortis autrement.

Si tout se passe bien, Polesud rouvrira à la mi-septembre. Dans un premier temps, c’est la grande piste qui sera disponible pour permettre aux Brûleurs de Loups de reprendre leur marque, ensuite viendra l’heure de la petite.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patinage sur glace sport