Trois questions sur les vélos électriques en libre-service qui débarquent dans la métropole de Grenoble

Publié le
Écrit par France 3 Alpes
Des vélos de l'opérateur Pony à Angers (Maine-et-Loire), le 4 décembre 2017.
Des vélos de l'opérateur Pony à Angers (Maine-et-Loire), le 4 décembre 2017. © Josselin CLAIR / MAXPPP

Plusieurs centaines de vélos électriques sont déployés sur la métropole de Grenoble à partir de ce mardi. Des appareils en libre-service que les usagers peuvent louer à partir d'une application. On vous explique comment ça fonctionne.

Après les trottinettes, place aux vélos électriques. Ils arrivent dans toute la métropole de Grenoble à partir de mardi 8 septembre : 500 appareils de l'opérateur Pony sont déployés à l'occasion de la rentrée. Ces vélos à assistance électrique en libre-service vont essaimer sur le territoire métropolitain jusqu'à atteindre les 1 000 véhicules, si les premiers bilans sont concluants.

Des appareils que les utilisateurs pourront louer via une application mobile. Où les trouver ? Comment ça marche ? France 3 Alpes répond à toutes vos questions sur ces nouveaux venus dans le paysage grenoblois.

 

Comment ça marche ?


Le fonctionnement est basé sur l'application mobile Pony. Une fois téléchargée - sur l'App Store ou Google Play - l'utilisateur doit se créer un compte pour accéder au service. On voit ensuite s'afficher une carte pointant tous les appareils à proximité. "Très simplement, depuis l'application, on clique sur le bouton déverrouiller", explique le co-fondateur de Pony, Paul-Adrien Cormerais.
 
Il suffit de scanner un QR code - sorte de code-barre servant d'identifiant au vélo - et le tour est joué. "Le téléphone va se connecter, demander à déverrouiller le vélo et il se déverrouille à distance", ajoute Paul-Adrien Cormerais. Il faut ensuite signaler la fin du trajet à l'application qui demandera une photo du vélo pour prouver qu'il est stationné "de façon responsable".

Pour ceux qui se remettent en selle après une longue pause, des séances de formation au maniement d’un vélo électrique et à la sécurité routière à vélo vont être organisées par l'opérateur. La première aura lieu le 22 septembre sur le domaine universitaire, la suivante le 24 septembre à Grenoble. Un calendrier complet est en cours d’élaboration.

 

Où les trouver (et les stationner) ?


Tout comme les trottinettes, on ne peut ni trouver, ni stationner les vélos Pony n'importe où. Des emplacements dédiés ont été créés, ils sont reconnaissables par un marquage jaune au sol et une signalétique dédiée. En tout, il en existe 205 à Grenoble et 30 à 50 sur le site d’Inovallée ainsi que sur le campus universitaire, selon la Métro, précisant que "le nombre de zones de stationnement pourra évoluer".

Avec ces emplacements dédiés, l'idée est "d’éviter les désagréments constatés ces dernières années suite au déploiement de tels services dans plusieurs villes, en France comme ailleurs", peut-on lire sur le site de Grenoble-Alpes métropole. Les usagers qui ne respecteraient pas ces règles risquent une pénalité financière allant de 5 à 50 euros, voire une exclusion du service.

 

Combien ça coûte ?


L'inscription au service Pony est gratuite, l'utilisateur peut choisir de payer à la course ou par abonnement. Le tarif standard s'élève à 1 euro pour le déverrouillage de l'appareil, puis 0,19 centimes par minute d'utilisation. Des tarifs "étudiants et solidaires" ainsi que des pass mensuels devraient également voir le jour. Pour 9,50 euros par mois, le service est accessible en illimité, sans frais de déverrouillage.
 
"Il s’agit d’un combat quotidien en faveur de notre qualité de vie, estime le président de Grenoble-Alpes métropole, Christophe Ferrari, dans un communiqué. L’installation de Pony et le déploiement de vélos à assistance électrique sur le territoire permettront d’encourager de nouveaux usagers à privilégier les modes doux." En février, Grenoble a été élue ville de moins de 200 000 habitants la plus adaptée aux vélos par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB).

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.