Une voiture fonce sur des militaires à Varces (Isère), deux suspects arrêtés

Photo d'illustration. C'est à proximité de la caserne de Varces que les militaires ont été visés par une voiture ce jeudi 29 mars 2018. / © Anne Hédiard
Photo d'illustration. C'est à proximité de la caserne de Varces que les militaires ont été visés par une voiture ce jeudi 29 mars 2018. / © Anne Hédiard

Une voiture a foncé sur des militaires en Isère ce jeudi 29 mars 2018. Les faits se sont produits devant la caserne militaire de Varces vers 8h15. Il n'y a pas de blessé. Le conducteur du véhicule a été arrêté à la mi-journée.

Par Yann Gonon, Aurore Trespeux et Yann Lagarde, avec AFP

Une voiture a foncé sur des militaires qui revenaient d'un jogging ce jeudi 29 mars 2018 en début de matinée. Les faits se sont produits devant la caserne militaire de Varces en Isère. Personne n'a été blessé. Un important dispositif de recherches a été déployé sur l'agglomération grenobloise pour tenter de retrouver le conducteur et une passagère du véhicule.

Une voiture fonce sur des militaires à Varces
Intervenant : Jean-Luc Corbet Maire de Varces ; Colonel Alain Didier Chef d'état-major de la 27è Brigade d'Infanterie de Montagne ; Jean-Yves Coquillat Procureur de la république de Grenoble Equipe : Anne Hédiard, Grégory Lespinasse, Gilles Ragris, Didier Albrand, Azedine Kebabti


Voici les dernières informations.



17h15 :Le procureur de Grenoble Jean-Yves Coquillat affirme qu'il ne s'agit pas d'un acte terroriste : "Il n'y a aucune radicalisation, il est totalement inconnu des services antiterroristes. Le parquet antiterroriste n'a pas été saisi" mais d'une "banale affaire de violence."

17h10 : la conférence de presse du procureur de Grenoble a démarré.

16h05 : Nous apprenons que des tags hostiles au colonel Beltrame et glorifiant l'auteur de l'attaque de l'Aude ont été découverts mercredi et dans la nuit à Grenoble. Une information qui a pu laisser soupçonner un acte terroriste ce matin, moins d'une semaine après l'attaque jihadiste qui a fait quatre morts, dont Arnaud Beltrame, l'officier de gendarmerie qui s'était livré à la place d'un otage. Les derniers hommages aux victimes et leurs obsèques avaient lieu ce jeudi à Trèbes et Carcassonne peu de temps après l'attaque.


15h45: Selon les dernières informations de nos confrères de l'AFP, la femme arrêtée serait la propriétaire de la voiture, mais son statut de passagère reste à vérifier. Il est possible que ce ne soit pas elle.

15h40 : Le parquet de Grenoble s'est exprimé avant la conférence de presse qui aura lieu à 17 heures : "Il  semble qu'il y avait manifestement une vive rancoeur envers les militaires"

14h50 : Selon nos confrères de l'AFP, l'homme arrêté au quartier de l'Arlequin était en état d'ébriété, dormait sur le siège passager et se trouvait alors avec trois autres personnes dans le véhicule recherché. Mais il ne correspondrait pas à la description de l'agresseur faite par les militaires. Des vérifications sont toujours en cours. 

14h25 : Le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat tiendra une conférence de presse à 17 heures.

14h10 : Colonel Alain Didier, Chef d'état-major de la 27e BIM : "On se sait menacés mais notre métier est de répondre à des menaces."

14h09 : Colonel Alain Didier, Chef d'état-major de la 27e BIM : "Ils ont réagi dans l’instant et ont pensé à se protéger. Ils sont monté de sur le trottoir et ont été derrière un véhicule pour ne pas être écrasés."

14h08 : Colonel Alain Didier, Chef d'état-major de la 27e BIM : "Aucun militaire n'a été blessé. Ils vont tous très bien. Et l'attaque n'a pas susciter plus d'émoi que ça."

14h07 : Colonel Alain Didier, Chef d'état-major de la 27e BIM : "Je ne ferai pas de commentaire sur la teneur des menaces, car une enquête est en cours."

14h05 : Colonel Alain Didier, Chef d'état major de la 27e BIM : "Un premier groupe a été insulté, puis quelques instants après c'est un deuxième groupe qui l'a été."

14h05 : Colonel Alain Didier, Chef d'état major de la 27e Brigade d'Infanterie de Montagne (BIM) explique les circonstances de l'attaque.



14h00 : La jeune femme qui accompagnait le chauffeur ce matin vient d'être interpellée à la Ville Neuve d'Echirolles.

13h45 : la voiture du suspect a été retrouvée par sur un parking de la cité.

13h40 : de nombreux policiers présents dans le quartier de l'Arlequin selon nos reporters sur place.

© Jean-Alexandre Baril - France 3 Alpes.
© Jean-Alexandre Baril - France 3 Alpes.

13h30 : le parquet antiterroriste n'est pour l'heure pas saisi. Une enquête pour tentative d'homicide a été ouverte. Les motivations de l'individu interpellé ne sont pas encore connues

13h05 : Selon la radio Europe 1, l'homme interpellé a été placé en garde à vue et une perquisition serait en cours à son domicile dans le quartier de l'Arlequin.

12h56 : sur son compte twitter, la police évoque l'interpellation d'un individu Place du marché de l'Arlequin à Grenoble.


12h49 : l'homme suspecté d'avoir foncé sur les militaires a été interpellé


12h36 : le maire de Varces s'est exprimé sur l'antenne de France 3 Alpes. Il revient sur les faits et détailles les mesures de confinement prises à la demande des gendarmes. Voici son interview.

Interview maire de Varces
Jean-Luc Corbet, maire de Varces.


12h30 : la police scientifique est sur place. Il y a quelques minutes, elle interrogeait notamment deux des militaires présents au moment des faits.

© Gregory Lespinasse - France 3 Alpes.
© Gregory Lespinasse - France 3 Alpes.


12h16 : Le communiqué du ministère des armées donne des précisions sur les faits : le conducteur de la voiture a d'abord "menacé verbalement un premier groupe de militaires". Il a ensuite "insulté et menacé un deuxième groupe, puis est revenu sur les lieux et a foncé sur ce groupe qui revenait alors de footing". Le véhicule a ensuite "pris la fuite, sans heurter personne ni faire de blessé"

12H : Selon un communiqué du ministère des armées, le conducteur de la voiture était accompagné d'une passagère.

11H40 : Le maire de Varces, Jean-Luc Corbet s'exprime : "Dans cette situation-là, la première décision était de mettre en sécurité les personnes sous notre responsabilité et donc de fermer les structures jusqu'à nouvel ordre."


11H35 : La gendarmerie a demandé juste après les faits, le confinement des occupants de deux écoles, des gymnases, des maisons de retraite et des centres sociaux culturels jusqu'à 11 heures.

11H30 : Une autre source militaire précise que les militaires ayant échappé à la voiture étaient quatre soldats du 7e bataillon de chasseurs alpins. Ils sont actuellement entendus à Grenoble par l'antenne locale de la direction interrégionale de la police judiciaire de Lyon.

11H05 : Selon BFM TV, le parquet antiterroriste n'a pas été saisi pour le moment.

10H40 : L'antenne de Grenoble de la direction interrégionale de la police judiciaire de Lyon a été saisie. Le fugitif est activement recherché dans le sud de l'agglomération grenobloise. Il pourrait être au volant d'un véhicule volé selon plusieurs confrères.



10H20 : Plusieurs gendarmes sont présents à la station service située à 200 mètres de la caserne de Varces. Une station service équipée de caméra de surveillance, dont les images vont probablement être saisies.

Les gendarmes cherchent des indices à la station-service à côté de la caserne de Varces. / © Anne Hédiard
Les gendarmes cherchent des indices à la station-service à côté de la caserne de Varces. / © Anne Hédiard

10H : Plusieurs voitures de gendarmes sont postées aux points clés de la ville de Varces pour tenter de retrouver le véhicule, une peugeot noire 208, d'après nos confrères de BFM télé.

Les gendarmes sont placés aux points clés de la ville de Varces / © Anne Hédiard
Les gendarmes sont placés aux points clés de la ville de Varces / © Anne Hédiard


Les faits se sont produits vers 8 heures ce matin. Une voiture a foncé sur des militaires de la 27e brigade d'infanterie de montagne, clairement identifiables comme des militaires, avant d'en insulter d'autres puis de prendre la fuite.

"Aux alentours de 8H15, le chauffeur a menacé verbalement six ou sept militaires qui faisaient un footing. Il a insulté un deuxième groupe de militaires qui sortaient faire un footing et qui l'ont perdu de vue. A leur retour, il leur a foncé dessus. Les militaires ont réussi à remonter sur le trottoir sans être écrasés. Les gendarmes ont bouclé la zone et ont lancé les poursuites et côté militaire nous avons renforcé le périmètre de sécurité", a précisé le colonel Benoît Brulon, porte-parole de l'Armée de Terre.

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus