Isère : une campagne humoristique pour inciter les usagers à bien porter leur masque dans les transports

"Porter le masque, c'est bien. Correctement, c'est mieux." C'est le message affiché sous forme de petites bandes dessinées humoristiques dans les transports en commun de l'Isère. Objectif : éviter de faire des bus et des trams un lieu de contamination.

L'un des quatre modèles de BD affiché sur un car Transisère.
L'un des quatre modèles de BD affiché sur un car Transisère. © Département de l'Isère
Peut-on rire de la Covid-19 ? Le département de l'Isère a décidé que oui. Pour encourager les usagers des transports en commun isérois à bien positionner leurs masques, les collectivités ont décidé le déploiement d'une campagne de prévention. Sous forme de petites bandes dessinées humoristiques. 

Intitulée "Porter le masque, c'est bien. Correctement, c'est mieux !", cette campagne s'affiche dans toute l'Isère. Depuis le 9 novembre, l'ensemble des abribus et des cars Transisère en ont été dotés, ainsi que de nombreux véhicules de la Métropole grenobloise, du Grésivaudan et du Pays voironnais.Cette initiative était préparée depuis plusieurs semaines, en amont du confinement, afin de prévenir la deuxième vague. "Si on veut que les trasports ne deviennent pas un vecteur de contamination, il faut faire une campagne", explique-t-on au département pour décrire l'état d'esprit d'alors.
 

Eviter les messages moralisateurs

L'objectif concernait notamment les cars Transisère chargés du transport scolaire, et s'est étendu à l'ensemble du réseau de transports en commun sur le département. Aucune statistique n'a pu être menée, mais le constat est que, "même si tout le monde a le bon sens de porter un masque, il reste des gens qui les gardent sous le menton, sous le nez ou sur l'oreille". 
 
Pour les concepteurs de la campagne, il s'agissait d'éviter des "messages moralisateurs et trop dramatiques, qui n'ont pas vraiment marché". La prévention mise donc sur l'humour, avec ces petites bandes dessinées de deux cases qui, par exemple, comparent le masque à un maillot de bain : "faut bien l'ajuster".
 
Un tram grenoblois entièrement couvert de la nouvelle campagne de prévention.
Un tram grenoblois entièrement couvert de la nouvelle campagne de prévention. © Département de l'Isère

Selon le département, plusieurs légers accrochages entre des passagers et des conducteurs, ne voulant pas démarrer tant que tous les masques étaient bien portés, ont été relevés. En revanche, aucun cas d'agression verbale ou physique n'a été recensé dans les transports en commun isérois, à l'inverse de plusieurs cas en région parisienne. En juillet, un conducteur de tram de Bayonne avait trouvé la mort après une violente agression de la part de deux passagers, auxquels il avait demandé de présenter leurs tickets et de mettre leurs masques.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports coronavirus/covid-19 santé société