Isère. L'Eau d'Olle Express a enfin pris vie : cet "ascenseur urbain" va relier les stations d'altitude à la vallée

C'est un projet qui remonte aux calendes grecques. Plus de 40 ans que les différents édiles se sont penchés sur la question. Il aura fallu 12 ans depuis le lancement du projet avant que cet "ascenseur téléporté" prenne vie et devienne un cordon ombilical avec la vallée.

© France 3 Alpes

Dès la première heure, masque sur le nez, covid oblige, ils étaient nombreux à vouloir la tester, ce 28 décembre. Voilà des années qu'ils l'attendaient. Mais elle ne s'est mise en route pour l'instant que pour quelques jours, en guise de cadeau de Noël, avant d'être officiellement inaugurée le 31 janvier.

L'Eau d'Olle Express n'est ni une télécabine à proprement parler, ni une remontée mécanique, c'est un ascenseur valléen, un nouveau mode de transport interurbain comme l'indique son statut à la préfecture.

Cette installation de 3 kilomètres de long a pu bénéficier d'une dérogation précisément parce qu'il s'agit d' un moyen de transport entre le fond de la vallée et les stations d'altitude. Elle relie Allemond et Oz-en Oisans, en seulement 8 minutes, contre plus de 20 minutes par la route. Un gain de temps indéniable qui offre aussi plus de sécurité pour les habitués, moins stressés par la route".

Guillaume, qui l'emprunte pour la première fois, est surpris, "On réalise qu'elle est moderne, elle est plutôt silencieuse, et c'est techniquement une très belle réalisation".

L'accès ne sera gratuit que pour les piétons mais on pourra l'emprunter avec ses skis ou son vélo, et les cabines sont accessibles aux fauteuils roulants.

La télécabine de 10 places part d'Allemont, à 700 mètres d'altitude, pour rejoindre les pistes à Oz-en-Oisans, à 1350 mètres d'altitude.  Elle permet de rejoindre aisément Vaujany ou l'Alpe d'Huez à 3300 m.

 

"Un cordon ombilical entre les stations et la vallée"

Cet "ascenseur valléen" est conçu pour pouvoir transporter 1100 personnes par heure, avec un parking couvert de 200 places mais aussi des aires de plein air. Car l'idée originelle est bien de pouvoir décongestionner la circulation routière, et de favoriser la protection de l'environnement.

Le coût de l'Express, de près de 15 millions d'euros, a été financé par la commune d'Allemont à travers le SIEPAVEO (syndicat intercommunal qui réunit Allemont, Oz, Villard-Reculas et Bourg-d'Oisans), avec des subventions de l'Etat et du département de l'Isère, car tous les villages sont parties prenantes.

L'ambition commune est non seulement "de transformer les modes de déplacements mais aussi de permettre le développement du territoire".

"Ce type de transport par câble nouvelle génération répond aux besoins des vacanciers, des saisonniers et des socio-professionnels pour la saison d’hiver, en particulier pour les trajets à la journée. Mais l’équipement fonctionnera également en période estivale, s’inscrivant ainsi dans le développement du tourisme multi saisons, permettant l'accès aux activités organisées en altitude, comme en bas", explique le maire d'Allemont Alain Ginies.

La remontée mécanique, monocâble, a été construite par la société Leitner France. La ligne est équipée de 33 cabines de 10 places. L’ouvrage a été prévu pour s’adapter à la fréquentation et, dès que nécessaire, il pourra passer à un débit de 2000 personnes /heure.

En reliant directement Allemond, dans la vallée, à la station d’Oz en Oisans et au domaine skiable de l’Alpe d’Huez, l’Eau d’Olle Express devrait réduire significativement une part du trafic routier, jusqu’à 1000 véhicules/jour en haute saison sur ce trajet, soit économiser plus de 230 tonnes de CO2 par an.

Sa création avait fait l'objet d'une Enquête d'Utilité Publique. qui avait au final emporté l'unanimité, "à condition que les chantiers respectent les engagements de protection de la faune et de la flore".

 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne économie transports technologies aménagement du territoire environnement ski stations de ski tourisme