En Isère, un nouveau sous-préfet à la relance pour renouer le lien entre l'Etat et les collectivités

Un nouveau sous-préfet dédié à la mise en application locale du plan de relance devrait faire son arrivée en Isère d'ici à la fin du mois, a annoncé la préfecture ce 16 novembre. Une manière pour le gouvernement d'entretenir le dialogue avec les territoires.
L'hôtel de préfecture de l'Isère à Grenoble.
L'hôtel de préfecture de l'Isère à Grenoble. © Capture Google Street View
Le 13 octobre dernier, le gouvernement annonçait le recrutement prochain de 30 sous-préfets dédiés à la relance dans tout le pays, sur des territoires qui, visiblement, en ont besoin. Dont l'Isère. Et ce lundi 16 novembre, le département semble avoir trouvé chaussure à son pied.

Dans un communiqué, la préfecture de l'Isère a annoncé la nomination de Samy Sisaid, ingénieur des mines et responsable des études de l'Ecole de biologie industrielle de Cergy.

Il intégrera l'équipe préfectorale pour y coordonner "la mise en œuvre des réformes prioritaires du Gouvernement et [participer] à la transformation et à la simplification de l’action publique" dans le contexte de la crise Covid-19, selon le texte. Le but sera, pour le nouveau sous-préfet, de porter les projets du plan de relance "en lien avec les collectivités locales et les élus".
 

Décentraliser l'action publique face à la Covid-19

De plus, il devrait permettre de "lever, avec l’ensemble des partenaires locaux, les blocages qui empêcheraient la concrétisation rapide du plan de relance", à en croire l'appel à candidatures lancé le 13 octobre

Une manière pour le gouvernement de répondre à l'appel de certains préfets de régions et de départements, estimant leurs administrations surchargées depuis le début de la crise. Mais aussi de faciliter le dialogue avec les élus et les citoyens sur le terrain, en décentralisant l'action publique dans le cadre de la crise Covid.

Selon la préfecture, contactée par France 3, Samy Sisaid arrivera en Isère d'ici à la fin du mois de novembre. Les 30 nouveaux sous-préfets, dont 10 ont pour le moment été nommés, devraient rester en poste un ou deux ans sur place selon le gouvernement.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique coronavirus/covid-19 société économie