Isère. Pesticides ou perturbateurs endocriniens : vérifiez la qualité de votre eau potable avec cette carte interactive

L’UFC-Que Choisir publie une carte interactive permettant de vérifier la qualité de l'eau potable dans sa commune. En Isère, 98% des consommateurs ont une eau "de bonne qualité" mais l'association dénonce la présence de pertubateurs endocriniens dans certains relevés jugés conformes.

En Isère, 98% des consommateurs ont une eau jugée conforme.
En Isère, 98% des consommateurs ont une eau jugée conforme. © JEAN-PIERRE AMET / MaxPPP/Newscom/MaxPPP

Pour la quatrième année, l’UFC-Que Choisir met à disposition des consommateurs une carte interactive pour vérifier la qualité de l’eau potable dans chaque commune. Il suffit de taper le code postal pour avoir accès à diverses données comme la qualité bactériologique de l’eau et les éventuels polluants agricoles détectés.

Par exemple, à Grenoble, la qualité de l’eau potable est considérée comme "Bonne", c’est-à-dire que moins de 5 % des analyses sont non conformes.

A l’échelle du département, l’antenne locale de l’association de consommateurs estime que "98 % des consommateurs de l’Isère ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires, soit 514 communes (sur un total de 524) et 1009 réseaux (sur 1024)". Dans un communiqué diffusé ce 20 avril, "L'UFC-Que Choisir de l’Isère souligne la très bonne qualité de l’eau dans les villes".

 

Des résultats moins bons dans les communes rurales

En revanche, l’étude de la qualité de l’eau a montré que 2,1 % des consommateurs du département recevaient une eau polluée en pesticides, soit 20 000 personnes essentiellement dans des petites communes notamment en zones rurales.

Ces mauvais résultats seraient dus à la présence de pesticides. "Ils sont présents dans l’eau de 15 réseaux non conformes (principalement ruraux), et contaminent l’eau desservie à des consommateurs dans 10 communes" précise l’UFC-Que Choisir Isère.

"Des analyses réalisées dans les logements ou à certains points localisés des réseaux de distribution font apparaitre la présence de plomb et de nickel, relargués par des canalisations vétustes, abîmées. Mais ces pollutions restent mal mesurées car du fait d’un très faible nombre de prélèvements, ces analyses isolées ne permettent pas de connaître l’exposition réelle des consommateurs" ajoute l’association. 

 

Des perturbateurs endocriniens dans des eaux jugées conformes

Plus inquiétant encore, l’association révèle que des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens ont été retrouvés dans un tiers des analysées jugées conformes. "Les perturbateurs endocriniens peuvent avoir de graves conséquences sur la santé à très faibles doses et devraient de ce fait être strictement interdits en application du principe de précaution" estime UFC-Que Choisir. 

Ainsi en Isère, "dans 32 % en moyenne des analyses considérées comme conformes, notre étude révèle la présence de pesticides soupçonnés d’être perturbateurs endocriniens à des teneurs inférieures aux limites réglementaires mais quantifiables".

L’association demande aux pouvoirs publics d’interdire la commercialisation des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens en application du principe de précaution. Elle invite aussi les consommateurs isérois à signer cette pétition "pour une eau du robinet garantie sans pesticides".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement consommation économie