• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Qui sont les 2 Isérois proches de l'ultradroite arrêtés pour un projet d'action violente contre Emmanuel Macron ?

Le siège de la DGSI en région parisienne. Photo d'illustration. / © Vincent Isore - Maxppp
Le siège de la DGSI en région parisienne. Photo d'illustration. / © Vincent Isore - Maxppp

Une habitante de Prunières, en Isère, âgée de 62 ans fait partie des 6 suspects proches de l'ultradroite arrêtés hier mardi 6 novembre 2018 pour un projet "d'action violente" contre Emmanuel Macron. Un autre isérois a lui été arrêté en Moselle, il est présenté comme le cerveau du groupe.

 

Par Yann Gonon

Deux Isérois font partie des 6 personnes arrêtées hier, mardi 6 novembre 2018, dans le cadre d'une enquête sur des menaces d'attaque visant le Président de la République. Une femme de 62 ans a été interpellée à son domicile de Prunières. Un homme, originaire de Saint-Georges-de-Commiers, a lui été arrêté en Moselle.

Le coup de filet "anti-terroriste", mené par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), a eu lieu hier matin, en Moselle, en Ille-et-Vilaine, et donc, en Isère. 5 hommes et une femme, âgés de 22 à 62 ans, et présentés comme proches de la mouvance de l'ultradroite, ont été arrêtés.
 

Intervention discrète


C'est vers 6 heures du matin que les hommes de la DGSI se sont présentés dans le petit village de Prunières, sur le plateau matheysin. Une habitante de la cité minière, âgée de 62 ans a été arrêtée à son domicile.

L'intervention a été discrète selon le maire, Michel Toscan. La suspecte, en invalidité, vit seule chez elle. C'est sa voisine qui s'est inquiétée hier matin de voir du monde chez elle. Elle a d'abord cru à un problème de santé avant d'être repoussée par les policiers.
 
La cité minière de Prunières, en Isère, où la suspecte de 62 ans a été interpellée. / © Anne-Elisabeth Philibert - France 3 Alpes.
La cité minière de Prunières, en Isère, où la suspecte de 62 ans a été interpellée. / © Anne-Elisabeth Philibert - France 3 Alpes.

Selon Michel Toscan, la sexagénaire habite ici depuis seulement 3 ans mais sa famille est originaire du village. Elle était connue pour ses idées d'extrême droite et son opposition au gouvernement mais "elle n'a jamais causé de problèmes sur la commune et a de bons rapports avec ses voisins".
 

Appel à la guerre civile


L'autre suspect isérois, originaire de Saint-Georges-de-Commiers, est considéré comme le "cerveau" du groupe selon nos confrères de France Bleu Isère. D'après Le Parisien, le retraité a été arrêté en Moselle. Il aurait fait le voyage au même moment où Emmanuel macron entamait la 2e étape de son parcours dans le cadre des commémorations de la fin de la Première guerre mondiale.
 
Le village de Saint-Georges-de-Commiers, en Isère, d'où est originaire l'un des suspects arrêtés en Moselle / © Anne-Elisabeth Philibert - France 3 Alpes.
Le village de Saint-Georges-de-Commiers, en Isère, d'où est originaire l'un des suspects arrêtés en Moselle / © Anne-Elisabeth Philibert - France 3 Alpes.

Selon BFM TV, l'homme serait âgé de 62 ans lui aussi. Il serait très actif sur les réseaux sociaux sur lesquels il appellerait à la guerre civile et à se "débarrasser" d'Emmanuel Macron.

Les 6 suspects arrêtés ont été placés en garde à vue. On ne sait pas encore à ce stade s'ils avaient un projet concret et abouti d'attentat.

Reportage d'Anne-Elisabeth Philibert et Gilles Ragris.
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pays Roannais : quand les Poilus traumatisés rentraient de la guerre ...

Les + Lus