VIDÉO. 52 heures de course et 348 km parcourus dans le froid, le vent et la pluie : la Chartreuse Backyard a rendu son verdict

durée de la vidéo : 00h01mn59s
La Chartreuse Backyard 2023, course de trail qui consiste à parcourir une boucle de 6,7 km toutes les heures jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un participant, a pris le départ ce vendredi 3 novembre à Saint-Laurent-du-Pont (Isère). ©FTV

La Chartreuse Backyard 2023, course de trail qui consiste à parcourir une boucle de 6,7 km toutes les heures jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un participant, s'est terminé après 52 heures d'épreuve ce dimanche 5 novembre à Saint-Laurent-du-Pont (Isère).

Ronan Pierre et Liess Makhlouf ont livré une longue et rude bataille au cours de la 5e édition de la Chartreuse Backyard, organisée depuis ce vendredi 3 novembre à Saint-Laurent-du-Pont, en Isère. Le concept de cette course de trail, importée des États-Unis, est simple : les 250 participants au départ doivent effectuer une boucle de 6,7 km toutes les heures. Ils recommencent cet effort jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un concurrent.

Après 36 heures de course, et donc 241,4 km, seuls Ronan Pierre et Liess Makhlouf étaient encore debout pour sillonner les bords du Guiers. Il a fallu attendre 16 heures de plus pour être témoin de la victoire de Liess Makhlouf. Le coureur a en effet profité de l'abandon de son compagnon de route, Ronan Pierre, pour remporter l'épreuve en 51h46min et 348,7 km.

Les deux coureurs ont affronté les éléments tout au long du week-end : le froid, la pluie, la nuit, l'humidité... Et surtout le vent. Des rafales allant jusqu'à 80 km/h ont eu raison de la ténacité de nombreux concurrents et même de l'organisation. Pour cause, la direction de la course a dû revoir ses plans en cours d'épreuve.

Pour la sécurité des coureurs, le tracé de la boucle a changé dans la journée de ce samedi 4 novembre : "On a changé pour être sur un périmètre où il n'y a pas d'arbres qui peuvent tomber. Puis, le vent les ralentit dans un sens et les pousse dans l'autre. C'est surtout gênant pour eux. Pour nous, il n'y a aucun souci. Ils doivent désormais effectuer un tour d'1,35 km à faire cinq fois par heure", a expliqué Benoît Laval, l'organisateur.

"Il y en qui sont en forme, ils sont motivés et tenaces", observait-il ce samedi depuis le bord de la piste, où les quelques concurrents tournaient en rond. Une fois que le vent s'est calmé, les coureurs ont pu reprendre leur course sur le parcours habituel.

"Il faut faire avec"

Ils étaient 250 au départ. Et malgré les éléments, certains ont su garder leur bonne humeur : "C'est sympa Saint-Laurent-du-Pont avec le soleil, le beau temps. C'est merveilleux", ironisait l'un d'entre eux. "Il y a du vent. Il faut faire avec, mais c'est marrant", témoigne un autre.

Entre les tours, les concurrents ont quelques minutes pour s'abriter dans un gymnase et se reposer. Certains profitent de ce havre pour tenter une micro-sieste. D'autres se ravitaillent. "De temps en temps, ça va. Puis à d'autres moments, c'est plus dur et on a envie d'arrêter. Mais il faut juste continuer. C'est ça la Backyard", constate un coureur, bonnet vissé sur la tête et assis sur une chaise longue. Puis, la corne de brûme retentit : il faut reprendre le départ.