• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

VIDEO. Isère : un millier de brebis, moutons et agneaux descendent de leur alpage, direction Lans-en-Vercors

Des milliers de mouton sont descendus du plateau des Ramées, direction Lans-en-Vercors. Photo d'illustration. / © Alexis Sciard / MAXPPP
Des milliers de mouton sont descendus du plateau des Ramées, direction Lans-en-Vercors. Photo d'illustration. / © Alexis Sciard / MAXPPP

Pour la 4e année consécutive, les bergers de Lans-en-Vercors ont organisé la Fête des alpages. Un troupeau de plus de 1.200 bêtes est descendu du plateau des Ramées en direction du village. L'occasion de découvrir le métier de berger et l'enjeu du pastoralisme.

Par M.D. avec Ana Koroloff

Des brebis, moutons et agneaux par centaines. Après avoir passé deux mois en alpage sur le plateau des Ramées (Isère), près de 1.200 bêtes sont redescendues de leur pâturage en direction du village de Lans-en-Vercors, mardi 13 août. L'alpage n'est pas encore terminé pour la plupart de ces bêtes, remontées le soir-même vers leur lieu de villégiature d'été. Mais quelque 200 agneaux ont été triés avant d'être vendus pour leur viande.

"L'alpage est nécessaire à nos exploitation parce-que c'est une ressource fourragère importante, explique Pascal Ravix, berger membre du groupement pastoral du pic Saint-Michel. Notre exploitation a été construite sur le pastoralisme. A 1.000 mètres d'altitude, au niveau de la commune, on a très peu de surface donc l'alpage est indispensable à la pérennité de nos exploitations."
 

Le pastoralisme a toujours existé dans le Vercors. Les bergers se constituent en groupement pastoraux pour mieux affronter les difficultés, et cette journée leur permet de les expliquer au grand public. Près de 200 personnes se sont inscrites pour accompagner le troupeau sur la dizaine de kilomètres à parcourir. "C'est un métier de passion, je pense qu'il faut avoir ça dans le ventre pour crapahuter, suivre les bêtes, subir toutes les contraintes météorologiques, liées au loup aussi", estime Timothée, venu suivre le troupeau pour la journée.

"Le mouton contribue à bien entretenir la montagne dans les alpages, sinon ça serait envahi de forêt, analyse pour sa part Jean-Marc, autre participant à la descente des alpages. Alors il faut aussi de la forêt, mais aussi des alpages, du mouton et les bergers !". Les plus beaux agneaux nés ces deux derniers mois dans les alpages ont été sélectionnés devant le public. Leur viande, empreinte de qualités gustatives particulières, reste prisée des fins gourmets.
 
Un millier de brebis, moutons et agneaux descendent de leur alpage, direction Lans-en-Vercors

 

Sur le même sujet

Les cliniques privées au secours des urgences ?

Les + Lus