Covid-19 : malgré l'absence de public, voilà pourquoi Vienne a décidé de conserver son étape de Paris-Nice

Vienne, en Isère, est la ville départ de la 5e étape de Paris-Nice, ce jeudi 11 mars. Le maire de la commune, Thierry Kovacs, explique pourquoi il a poursuivi son engagement, malgré la crise sanitaire du Covid-19, la fermeture des restaurants et l'absence de public.

Nairo Quintana, Primoz Roglic durant la deuxième étape du Critérium de Dauphiné 2020, qui partait de Vienne, en Isère, le 13 août 2020.
Nairo Quintana, Primoz Roglic durant la deuxième étape du Critérium de Dauphiné 2020, qui partait de Vienne, en Isère, le 13 août 2020. © Anne-Christine Poujoulat - AFP

Les coureurs de l'édition 2021 de Paris-Nice font un court passage en Isère, ce jeudi 11 mars. Une trentaine de kilomètres entre Vienne, ville départ de la 5e étape (à 11 heures) et Sablons, en passant par Les côtes d'Arey, Assieu, Salaise-sur-Sanne ou encore Sablons. Avant d'aller vers la Drôme, l'Ardèche et le Vaucluse, à Bollène, où s'achève cette étape de 200 kilomètres.

Organiser une étape d'un tour cycliste en pleine épidémie de Covid-19 pourrait apparaître paradoxal, tant les retombées économiques liées au public - absent - et à l'activité des hôtels et autres restaurants sont moindres par rapport à des événements sans crise sanitaire. Mais le maire de Vienne, Thierry Kovacs, ne le voit pas de cette façon. Lui et son équipe ont passé un accord en septembre avec la direction de Paris-Nice pour que sa commune soit ville départ de cette 5e étape. "Quand on a passé l'accord, on n'envisageait pas une deuxième vague. On pensait qu'en mars, on serait revenus à une situation plus normale, que ça reboosterait ce secteur mis à mal avec un événement qui apporterait à la ville en termes de retombées économiques."

La deuxième vague est arrivée en octobre 2020 et la perspective d'un événement avec du public, qui aurait de grandes retombées économiques sur le territoire s'est envolée. Thierry Kovacs n'a pas voulu se désengager. "Jamais ! Quand on est engagés, c'est pour le meilleur et pour le pire On ne parle pas d'un million d'euros, mais de 15 000 euros avec l'aide du Département", explique l'édile Les Républicains, qui a avoué qu'un élu d'opposition avait remis en cause cet engagement lors d'un conseil municipal, il y a un mois.

 

Le Tour de France, un jour ?

M. Kovacs ne veut pas uniquement penser aux retombées économiques, mais aussi "à la notoriété". "Vienne est une ville riche en monuments avec 45 monuments classés. On souffre d'un manque de notoriété. La retransmission télévision est extrêmement précieuse pour nous." Il va faire une apparition "météo" à la télévision pour valoriser sa commune. L'ex-porteur du Maillot jaune du Tour de France Thomas Voeckler était présent dans l'école primaire Michel-Servet pour rencontrer les enfants.

L'accueil de la deuxième étape du Critérium du Dauphiné, en septembre 2020, et "les retours positifs", selon le maire, ont permis d'établir un lien entre Bernard Thévenet, directeur du Critérium, la commune de Vienne et les organisateurs de Paris-Nice. "Comme ça s'était très bien passé, on est rodés. Ce n'est qu'une reprise de ce qu'on avait fait."

Lorsque la situation sanitaire se sera arrangée, Thierry Kovacs espère organiser d'autres étapes de Paris-Nice ou du Critérium du Dauphiné. Une étape obligatoire avant de devenir "pourquoi pas un jour" ville étape sur le Tour de France. "On ne peut pas accueillir le Tour de France sans accueillir d'abord ce genre de courses."

 

Une 5e étape promise aux sprinters ?

Jeudi, les sprinteurs disposent de la dernière opportunité de la semaine dans la 5e étape entre Vienne (Isère) et Bollène (Vaucluse), au bout d'un parcours de
200 kilomètres empruntant la vallée du Rhône dans le sens nord-sud. Mais un changement de cap dans le final pourrait compliquer la donne, pour peu que le vent soit de la partie. Primoz Roglic a remporté la 4e étape de Paris-Nice, mercredi, sur les hauteurs de Chiroubles (Rhône), et a pris les commandes de la "course au soleil".
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie cyclisme sur route cyclisme sport paris-nice