Journée mondiale de lutte contre le sida : moins de contaminations sur l'arc alpin mais aussi moins de dépistages

C'est aujourd'hui mardi 1er décembre la journée mondiale de lutte contre le sida. Un événement qui nous rappelle que même si l'on observe une baisse du nombre de nouveaux cas, il ne faut pas baisser la garde. Avec la pandémie de covid-19, le dépistage est en effet en net recul sur l'arc alpin.
Illustration
Illustration © IP3 PRESS/MAXPPP
C'est un message d'espoir en même qu'une mise en garde que nous adresse le Comité de coordination de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles de l'arc alpin (Corevih) en cette journée mondiale de lutte contre le sida. Le nombre de nouvelles personnes prises en charge pour un VIH en Isère, Savoie et Haute-Savoie a baissé de 32% entre 2018 et 2019.
 
Une bonne nouvelle cependant nuancée par les chiffres inquiétants du dépistage, en net recul depuis le début de la pandémie de Covid-19. Selon les données collectées par le Corevih, le nombre de tests attendu dans l'arc alpin a chuté de 15% sur la période allant de la fin du premier confinement à mi-septembre, soit au total 650 000 dépistages en moins.
 
Illustration
Illustration © Cedric JACQUOT/MAXPPP

 

Ce n'est pas le moment de détricoter les mesures de financement pour la prévention du VIH. Olivier Epaulard, infectiologue

 

"Nous espérons que 2021 verra une reprise forte du dépistage VIH, IST et hépatites [...] soutenue et accompagnée par les autorités locales, régionales et nationales", a réagi le professeur Olivier Epaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes et président du Corevih de l'arc alpin. "Ce n'est pas le moment de détricoter les mesures de financement pour la prévention du VIH [...] alors que nous commencons à voir le résultat de nos efforts [...]".

 

Une pandémie ne doit pas en faire oublier une autre 


Pour appuyer ce message, les trois Corevih de la région Auvergne-Rhône-Alpes (Arc alpin, Lyon vallée du Rhône et Auvergne Loire) ont lancé une campagne de sensibilisation commune. L'objectif est d'encourager le dépistage mais également l'utilisation des PrEP, ces traitements antirétroviraux qui empêchent la contamination par le VIH chez des personnes séronégatives très exposées. Des spots radios ont également été diffusés et des kits de prévention composés d'autotests VIH et de préservatifs distribués.
 
Illustration
Illustration © IP3 PRESS/MAXPPP

Dans l'arc alpin, 3037 personnes sont actuellement suivies pour le VIH. 82% ont été contaminées par voies sexuelles. Deux-tiers sont des hommes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sida santé société