Le préfet du Rhône veut créer des villages d'intégration pour les Roms

Publié le Mis à jour le
Écrit par S.M. avec AFP

Six mois après son arrivée à la tête de la préfecture, Michel Delpuech veut en finir avec les camps de Roms de Villeurbanne, Saint-Priest et Vaulx-en-Velin, en banlieue de Lyon mais "sans envoyer des troupes et des bennes". Il rencontre l'opposition de la première commune d'accueil pressentie.

Quelque 300 à 350 personnes vivent dans des "conditions indignes" dans ces bidonvilles: il y a eu des incendies cet été qui auraient pu tourner au drame; il y a des problèmes desanté; "à Saint-Priest, des enfants ont été mordus par des rats" et il y a des désagréments pour le voisinage, a énuméré le préfet, lors d'une conférence de presse ce vendredi.

M. Delpuech veut donc créer deux ou trois villages d'insertion sur le territoire métropolitain pour les familles volontaires, avec scolarisation sur place des enfants la première année et formation professionnelle et suivi emploi pour les adultes. Un projet sur trois ans qui dispose d'une enveloppe de trois millions d'euros.

Les habitants de ces bidonvilles qui ne souhaiteraient pas participer au programme ou n'auraient pas le profil seraient vraisemblablement reconduits à la frontière, a-t-il précisé.

Le refus de Saint-Genis-les-Ollières

Un premier village de ce type devait se construire à Saint-Genis-les-Ollières, commune de la métropole de Lyon. Mais jeudi soir, un conseil municipal extraordinaire a voté une motion contre "l'installation de 160 Roms sur le territoire de la commune". Une réunion publique avec les services du préfet est prévue le 13 octobre.

D'ici là, le préfet appelle les villes candidates à accueillir ce type de village à se faire connaître. "Il faut mettre fin à ces situations mais avec les valeurs
de notre République", a-t-il plaidé
durée de la vidéo: 01 min 43
Roms : le projet préfectoral