Levée de la mesure d'hospitalisation en psychiatrie de l'avocat Bernard Ripert

La mesure d'hospitalisation d'office à laquelle Bernard Ripert, avocat à Grenoble, était soumis, a été levée, ce mercredi 25 mai, par le Préfet de l'Isère. Il a pu regagner son domicile de Détrier, en Savoie. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans un communiqué, le président du Conseil National des Barreaux dit être satisfait de la levée de la mesure. Pascal Eydoux affirme qu'il se montrera à l'avenir "vigilant face aux pratiques qui consistent à placer en garde à vue, menotter et interner un avocat pour des faits en relation avec l'exercice de la défense". 

Bernard Ripert, 65 ans, avait été interné en psychiatrie, à Bassens (Savoie), après une interpellation lundi dernier due à sa non présentation au commissariat de Grenoble alors qu'il est poursuivi pour avoir pris à partie un magistrat. Atteint d'une crise d'hypertension au cours de sa présentation aux policiers, l'avocat avait été examiné à l'hôpital de Grenoble, jusqu'à ce qu'un expert psychiatre, dépêché à la demande du Parquet, décide finalement de son placement.

Selon l'avocat qui assistait Me Ripert en garde à vue, Julien Durand, deux avis psychiatriques ont depuis contredit le premier, ce qui a conduit la préfecture de l'Isère à lever la mesure d'internement. 

Une situation qui a ému la profession. A Grenoble, deux jours de suite des rassemblements ont eu lieu pour le soutenir.