Chambon-Feugerolles : Le combat d’un agriculteur atteint de la maladie de lyme contre la Mutuelle Sociale Agricole

Jean-Marie Bastide, un agriculteur de la Loire, se bat pour faire reconnaître la maladie de lyme dont il est atteint, alors que la mutuelle sociale agricole estime qu'il est guéri. / © AFP
Jean-Marie Bastide, un agriculteur de la Loire, se bat pour faire reconnaître la maladie de lyme dont il est atteint, alors que la mutuelle sociale agricole estime qu'il est guéri. / © AFP

Jean-Marc Bastide, est atteint de la maladie de lyme depuis 2012. Mais depuis deux ans, la sécurité sociale agricole considère que l’agriculteur du Chambon-Feugerolles est guéri, ce qu’il conteste devant la justice. 

Par LR

Ce jeudi 6 septembre 2018, Jean-Marc Bastide était  au tribunal des affaires de la sécurité sociale (TASS ) de Saint-Etienne pour demander l’examen de sa situation.

Cet agriculteur de 59 ans a contracté la maladie de lyme en 2012. Il s’est fait piquer plusieurs fois par des tiques dans les champs. Maux de tête, douleurs dans les articulations, son quotidien est devenu un vrai calvaire.  Déclaré en maladie professionnelle, il percevait une indemnité de 1000 euros par mois.

Mais en 2016, après avoir été vu par un spécialiste,  la sécurité sociale agricole estime que son état est "consolidé", et donc qu’il est guéri. Or, les symptômes de la  maladie n’ont pas disparu, ils se sont même aggravés. Jean-Marc Bastide est contraint de se déplacer en fauteuil roulant car il a aussi contracté la sclérose en plaques. Son statut a aussi changé. Reconnu invalide à 100%, il touche une pension de 368 euros  par mois. Difficile dans ces conditions de poursuivre le travail à la ferme, assumé tant bien mal par son épouse et un salarié.
 

Demande de la nomination d’un expert médical


Devant le tribunal des affaires de la sécurité sociale, l’avocate de Jean-Marc Bastide, Me Catherine Faivre, a demandé une contre-expertise. Elle veut démontrer que la maladie de Lyme n’a pas disparue. Elle plaide pour que son client puisse obtenir une indemnisation de son état d’invalidité.

Le tribunal rendra sa décision le 20 septembre sur la demande de contre-expertise.
 

La transmission de la maladie de Lyme à l’homme se fait uniquement par piqûre de tique. Les tiques sont répandues partout en France. Elles vivent dans des zones boisées et humides, les herbes hautes des prairies, les jardins et les parcs forestiers ou urbains.
Symptômes
Dans les 30 jours après la piqûre, la maladie de Lyme peut apparaître d’abord sous la forme d’une plaque rouge et ronde qui s’étend en cercle (érythème migrant) à partir de la zone de piqûre puis disparaît en quelques semaines à quelques mois. L’évolution est très favorable lorsque la maladie est diagnostiquée et traitée précocement. En l’absence de traitement, l’évolution vers la phase secondaire n’est pas systématique, mais aggrave le pronostic.
Si la personne ne reçoit pas de traitement antibiotique, des signes neurologiques ou des atteintes des articulations ou plus rarement d’autres organes peuvent apparaître quelques semaines ou quelques mois après la piqûre.
source : Ministère de la santé 

A lire aussi

Sur le même sujet

Notre page consacrée à l'affaire Meunier dans le JT du 22 octobre

Les + Lus