Loire : L’appel du 18 juin chez les grévistes d’Auchan

Une soixantaine de salariés d’Auchan Villars et Centre Deux ont décidé de faire grève ce 18 juin. Ils réclament des revalorisations salariales, mais aussi une meilleure reconnaissance de leur travail notamment après la crise sanitaire où ils avaient fortement été mis à contribution.

Depuis 7 heures du matin; vendredi 18 juin, les salariés d’Auchan Villars et Centre Deux Saint-Etienne occupent le rond-point à l’entrée d’Auchan Villars pour dénoncer leurs conditions de travail mais aussi le manque de reconnaissance de leur direction.
Depuis 7 heures du matin; vendredi 18 juin, les salariés d’Auchan Villars et Centre Deux Saint-Etienne occupent le rond-point à l’entrée d’Auchan Villars pour dénoncer leurs conditions de travail mais aussi le manque de reconnaissance de leur direction. © Vickaine CSOMPOROW

Depuis 7 heures du matin, ce 18 juin, les salariés d’Auchan Villars et Centre Deux Saint-Etienne occupent le rond-point à l’entrée d’Auchan Villars. En musique, et dans la bonne humeur, ils répondent au klaxon des véhicules qui les soutiennent. Près de 60 salariés, sur les 800 des deux Auchan stéphanois, ont décidé de se mettre en grève pour dénoncer leurs conditions de travail mais aussi le manque de reconnaissance de leur direction.
En 2020, ils avaient eu droit à une prime Covid de 1000 euros. Cette année, rien. Les salaires eux ne suivent pas l’augmentation du SMIC, ce que dénonce le délégué Syndical FO Auchan Saint-Etienne, Dominique Bernat : «En 30 ans chez Auchan, un salarié est payé toujours un peu plus que le SMIC. Si un salarié à ses enfants qui viennent travailler chez Auchan pendant l’été, ils auront le même salaire que leur parent qui ont travaillé depuis 20 ou 30 ans».

Une grève symbolique le 18 juin

Cette grève qui de mémoire de syndicaliste est très rare chez Auchan, se déroule le 18 juin, comme pour faire écho à l’appel du général de Gaulle parti à Londres organisé la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’un appel national dans tous les Auchan de France à se rassembler. «On ne demande pas l’impossible, on demande un salaire décent et une reconnaissance de notre travail», ajoute le syndicaliste FO, qui travaille depuis 32 ans chez Auchan.

Les grévistes dénoncent aussi la stratégie du groupe et en outre «la numérisation à outrance». «Certains salariés sont largués question numérique, il n’y a pas de formation. On leur demande par exemple de transmettre un arrêt de travail par numérique, ils sont perdus», explique Dominique Bernat.
Aujourd’hui, on enlève de l’encadrement des caisses, on enlève le SAV (NLDR service après-vente), on passe tout au numérique, le SAV n’existera plus chez Auchan. On nous supprime le service Ressources humaines également, conclut-il.  A Saint-Etienne, les grévistes ont été reçus par la direction locale ce matin avec la promesse de faire remonter les revendications au niveau national.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social emploi covid-19 santé société