Malus écologiques : Les pompiers de la Loire réclament le retrait pour les véhicules de secours

Publié le Mis à jour le

"Une exonération des taxes, c'est concret. Ce serait une reconnaissance de notre activité". Le SDIS 42 et les élus en appellent au gouvernement pour matérialiser l'aide promise par ce geste fort.

Le président du Département et la présidente des Services d’Incendie et de Secours de la Loire ont adressé un courrier au ministre de l’intérieur pour demander l’exonération de taxes écologiques pour leur véhicule de secours tant à l'achat que sur le carburant utilisé en opérations comme c'est le cas pour les gendarmes.

«On a écrit au ministre pour lui demander de regarder si on ne pourrait pas rectifier quelques dispositions fiscales : par exemple le malus écologique qui s'applique aux véhicules 4x4 qui nous servent à combattre les feux de forêts. Il me semble que ce malus est particulièrement mal venu puisque ces véhicules aident à préserver la nature" justifie le président du département Georges Ziegler.

La moitié du budget du SDIS provient du Département, le reste est payé par les communes, et les charges augmentent. 

Des taxes qui s'empilent



Au malus écologique lié à l'acquisition des véhicules, s'ajoute la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques, un taxe au quotidien sur le carburant qui fait croitre le prix de la moindre intervention.

"Un gros 4/4 feux de forêt qu'on utilise de façon assez fréquente dont le coût est d'environ 40 000 euros qu'on peut multiplier par deux avec le malus écologique" explique Alain Mailhé, contrôleur général SDIS 42 avant d'ajouter "le budget carburant du SDIS est estimé à 700 000 euros/an. Sur cette somme, on pourrait faire 30 à 40 000 euros de bénéfices si la taxe (TICPE) venait à s'annuler".

Au final, ces taxes cumulées pèsent 250 000 euros sur le budget annuel des pompiers au moment où ils doivent anticiper le renforcement de leurs équipements, pour faire face à une augmentation de 20% de leur activité en opération. A titre d’exemple, une colonne de renforts est intervenue 13 semaines cet été en Gironde, pour combattre les super-feux.

Une demande qui pourrait se généraliser

Marianne Darfeuille, présidente du conseil d'administration des Services d’Incendie et de Secours de la Loire, est en pleine préparation du budget. Chaque poste est analysé et la hausse du prix de l'énergie introduit une variable qu'il faut intégrer. Toutes les pistes d'économie sont envisagées. Elle évoque une demande groupée qui émanerait de tous les SDIS lors du Congrès national des Départements le 14 octobre. Le lendemain, le président Macron invite à l’Elysée tous les présidents de SDIS qui ont combattu les feux de forêt cet été, ce sera une occasion supplémentaire de porter ensemble cette demande d’exonération.

Le SDIS 42 c'est 2 800 sapeurs pompiers professionnels et 2 300 volontaires. Une grande réflexion est en cours pour que les équipes soient préparées à intervenir face à une menace de feux croissante. Même si le département a été épargné cette année, le risque va crescendo. L'anticipation et la réactivité restent les meilleurs atouts pour limiter la propagation des incendies.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité