A Montbrison et Saint-Etienne, Emmanuel Macron viendra parler du futur de l'industrie française et de nos cœurs de ville

Emmanuel Macron se rend dans la Loire lundi 25 octobre. Il y sera largement question d'économie, avec deux thèmes positifs, et tournés vers l'avenir. Le Président visitera une ancienne friche réhabilitée au cœur de Montbrison, et une entreprise de pointe dans la robotique, à Saint-Etienne.

Son programme n'est pas encore confirmé officiellement... Mais plusieurs personnalités politiques et un chef d'entreprise de la Loire savent déjà qu'ils pourraient prochainement recevoir la visite du chef de l'Etat.

Parmi les destinations annoncées lundi 25 octobre, Emmanuel Macron rendra probablement visite aux habitants de Montbrison. C'est en tout cas une nouvelle qu'a rapidement confirmée, sur les réseaux sociaux, le député (LREM) Julien Borowczyk.

Contacté par nos soins, le maire (SE) Christophe Bazile ne cache pas son plaisir de recevoir "pour la première fois dans l'histoire de Montbrison" un président de la République en exercice.

En visite sur le site Gégé

L'élu confirme bien qu'un rendez-vous est prévu le 25 octobre après-midi, pour visiter le site de l'ancienne entreprise "Gégé", devenue aujourd'hui une friche industrielle, et vouée à un projet de requalification.

Montbrison avait en effet été sélectionnée en mars 2019 parmi les 222 villes labellisées "Action Cœur de Ville" pour une expérimentation intitulée « Réinventons nos cœurs de ville » au titre de la reconversion de la friche GéGé.

L’essentiel du projet concerne la rénovation de la partie de l’usine située le long de l’avenue thermale. L’architecture typique du bâtiment sera préservée et restaurée, l’intérieur sera travaillé pour proposer 30 logements sociaux et adaptés pour les séniors (tous équipés d’espaces extérieurs), un restaurant scolaire, un pôle médical et une salle intergénérationnelle.

Des espaces extérieurs généreux seront créés, avec un jardin partagé et deux nouvelles places publiques qui permettront de faire vivre le site.

27 logements en accession et une crèche seront répartis sur deux immeubles qui seront construits après démolition de la partie arrière de l’ancienne usine. 10 maisons de ville avec des extérieurs complèteront ce programme mixte et intergénérationnel, qui comportera au total 67 logements.

C'est dans le cadre de son plan "France 2030" que le Président de la République "a choisi" de visiter ce site d'environ 1.5 hectares. Le maire de Montbrison précise que cet investissement de 20 millions d'euros, cofinancé par l'Etat, devrait "permettre la naissance d'un véritable mini-quartier dans le quartier".

Au delà de cette visite, le maire "croit savoir que le Président restera un peu plus longtemps. Ce sera une occasion d'évoquer d'autres sujets, de parler à la fois des points positifs, et aussi de l'alerter sur des sujets à améliorer" explique Christophe Bazile, qui a refusé d'en dire davantage.

Au milieu des robots de Siléane

A Saint-Etienne, il sera accueilli par le maire (LR) Gael Perdriau, malgré des relations peu chaleureuses entre ces deux élus. Le maire n'a pas souhaité, pour l'heure, réagir à cette annonce.

Au programme stéphanois du Président, est également annoncée la visite d'une entreprise spécialisée dans la robotique industrielle : "Siléane". Cette entreprise, fondée en 2002 par son actuel PDG Hervé Henry, compte aujourd’hui près de 100 collaborateurs et enregistre un chiffre d’affaires de l’ordre de 15 millions d’euros. 

Ses employés, dont la majorité sont des ingénieurs, et dont la moyenne d'âge est de 29 ans, "donnent des yeux et des mains" à des bras robots « vierges » et les dotent de logiciels pour de multiples applications industrielles (agro-alimentaire, pharmacie, HPC, environnement, plasturgie, microtechnique, automobile, etc.)

L'un des produits-phares de Siléane, par exemple, s'appelle "Kamido". Il est spécialisé dans le tri des déchets en vrac, et notamment nucléaires. 

Contacté, Hervé Henry nous a précisé que, s'il a bel et bien été contacté par les services de l'Elysée, cette visite n'est pas encore été confirmée officiellement. Impossible de savoir sur quoi Emmanuel Macron mettra l'accent : on a prié le chef d'entreprise de rester discret.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emmanuel macron politique économie industrie