Visite d'Emmanuel Macron à Lyon où sera implantée l'Académie de santé, une antenne de l'OMS

Emmanuel Macron, à la Cité internationale à Lyon (7e arr) ce lundi après-midi, où sera implantée l'Académie de santé de l'OMS. Les travaux n'ont pas commencé, mais le projet avait été annoncé en juin 2019. La structure se veut être une référence internationale en matière de santé publique.

Après sa visite au Sirha, salon international de la restauration, de l'hôtellerie et de l'alimentation, le président de la République, Emmanuel Macron se rend dans le 7e arrondissement de Lyon, ce lundi 27 septembre. C'est en effet à la Cité internationale que sera implantée l'Académie de santé de l'OMS. 
Emmanuel Macron présidera la cérémonie d'installation de cette antenne de l'OMS qui devrait être inaugurée en 2024.
La structure est vouée à être ''la structure internationale de référence en matière de santé publique''. Elle formera les acteurs de la santé des 194 Etats membres de l’Organisation mondiale de la santé.

Le projet avait été évoqué en 2018 et la création de l'Académie de santé de l'OMS avait été annoncée en juin 2019, bien avant la pandémie du Covid-19. La pose de la première pierre était prévue fin septembre début octobre, en présence du président de la République Emmanuel Macron et du directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L’Académie de l’OMS est une division de l’OMS. Elle sera dirigée par le sous-directeur général de l’OMS qui sera le responsable de l’apprentissage.


Plusieurs personnalités sont présentes

Jean-Yves Grall, le directeur général de l'ARS, agence régionale de santé, Raymond Le Moign, directeur général des Hospices civils de Lyon, le Professeur Bruno Lina, directeur du centre de référence des virus des infections respiratoires, Laurent Wauquiez, président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Bernard, le patron EELV de la Métropole de Lyon, Grégory Doucet, maire EELV de Lyon, sont notamment présents. Le ministre de la Santé Olivier Véran, tout comme sa prédécesseure Agnès Buzyn ont également fait le déplacement. Cette dernière a été nommée directrice exécutive de l'Académie de l'OMS.

Le maire de Lyon, Grégory Doucet, qui a ouvert les discours s'est dit heureux d'accueillir une telle structure sur le territoire. ''Lyon va accueillir la santé du monde et y contribuer'', a-t-il dit.
De son côté, Laurent Wauquiez a émis le souhait que soit installé à Lyon un Pôle d'excellence mondiale en infectiologie. 
Le Chef de l'Etat quant à lui est persuadé qu'"investir dans les systèmes de santé est le meilleur moyen de se préparer aux prochaines pandémies''. Il regrette par ailleurs les prix élevés des vaccins et dénonce les profits abusifs appliqués par certains laboratoires. Il a également rappelé que c'était un devoir '' de protéger l'OMS de toute interférence politique". ''Les pays, selon lui, ne doivent pas dissimuler des informations''.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS a décrit l'ambition de l'Académie : ''Notre ambition n’est pas modeste. Notre ambition est de transformer l’éducation dans le domaine de la santé, l’éducation continue dans le domaine de la santé et de parvenir à quelque chose qui permet d’utiliser les nouvelles technologies. L’académie va arriver à répartir une formation de qualité avec des programmes personnalisés aussi bien en numérique qu’en présentiel dans le monde entier''.

Une formation à distance et en présentiel

L'académie de santé de l'OMS à Lyon devrait assurer 16 000 formations par an en présentiel. Ces formations seront dispensées dans les six langues officielles de l'ONU, l'Organisation des nations unies, qui sont l'anglais, l'arabe, le chinois, l'espagnol, le français et le russe.
Des formations sont d'ores et déjà accessibles en ligne et un appel à candidatures pour recruter des experts techniques pour exercer des fonctions consultatives auprès de l'Académie de l'OMS avait été lancé en juin 2021.

Il manque 18 millions d'agents de santé d'ici à 2030

Il manque 18 millions d'agents de santé d'ici à 2030, notamment dans les pays les moins riches...Le problème est qu'à chaque décennie cette phrase risque d'être répétée. En cause un décalage entre la formation et la pratique.
Ainsi, sur le site de l'OMS, peut-on lire : ''tandis que la base de connaissances en sciences médicales double tous les deux ou trois mois – ainsi la possibilité qui en découle d’aider les pays à améliorer leurs résultats sanitaires – il faut toujours plus d’une décennie pour que les pratiques et les orientations normatives les plus récentes soient appliquées par l’ensemble des personnels de santé dans le monde''.

Pourquoi ''une antenne'' de l’OMS à Lyon ?

Industrie pharmaceutique, biotechnologique et technologies médicales, textile médical, e-santé, micro nanotech...la région Auvergne-Rhône-Alpes est déjà à la pointe de la technologie en matière de santé.
L’Académie de santé de l'OMS se trouvera dans le pôle de recherche en biotechnologie de Gerland, qui abrite le Centre international de recherche contre le cancer. C'est aussi dans ce quartier que se trouvent des entreprises leaders, PME et start-ups en santé humaine et animale (Sanofi, Merial, Genzyme...), mais aussi des laboratoires de recherche.

Par ailleurs, Lyon se trouve à deux heures en train de Genève, siège de l'OMS.

Quel est le budget ?

Le coût du bâtiment se chiffre à 60 millions d'euros, financés par l'Etat et les collectivités locales. La France investira 120 millions d'euros, financés à hauteur de 30 millions par l'Etat, 30 millions par les collectivités et 30 millions par des mécènes privés, dont Sanofi et l'Institut Pasteur. Le budget a été rallongé de 30 millions (15 millions d'euros sont pris en charge par l'Etat et les 15 autres par la Région Auvergne-Rhône-Alpes).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emmanuel macron politique la république en marche santé société suisse international sirha culture gastronomie