Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Etienne, est candidat à l'accueil d'Afghans fuyant leur pays

Ce jeudi 19 août 2021, le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau a annoncé qu'il souhaitait que sa ville participe dès à présent à l'accueil d'Afghans évacués de Kaboul, la capitale du pays tombé aux mains des talibans.

"Je propose que Saint-Étienne accueille, selon nos capacités, ceux qui tentent d’échapper aux forces obscures talibanes", a écrit le maire LR de l'agglomération stéphanoise, dans un texte publié sur sa page Facebook voilà quelques heures. 

Si de nombreux maires écologistes ou socialistes ont déjà annoncé leur volonté d'accueillir des réfugiés afghans, la déclaration de l'édile de la plus grande ville dirigée par un élu LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes apparaît davantage à contre-courant à droite de l'échiquier politique.

Dès le mardi 17 août, soit deux jours après la chute de Kaboul et l'entrée des Talibans dans la capitale afghane, Grégory Doucet, maire de Lyon et Bruno Bernard, président de la Métropole, avaient expliqué être favorables à l'accueil de réfugiés Afghans dans leur ville. Le candidat à la primaire écolo et maire de Grenoble Eric Piolle et le maire socialiste de Marseille Benoît Payan se sont aussi dit prêts à ouvrir les portes de leurs villes à ceux cherchant de l'aide. Jeanne Barseghian (Strasbourg), Emmanuel Denis (Tours) et Anne Vignot (Besançon) avaient également interpellé le chef de l'Etat sur Twitter, estimant qu'ils avaient dans leurs villes respectives "les capacités d'accueillir dignement" des réfugiés afghans.

Un précédent : l'accueil de réfugiés syriens en 2015

"Il en est de notre devoir d'humain, il en est de ma responsabilité d'homme politique", a déclaré l'élu, qui avait déjà fait partie des premiers élus Les Républicains à s'exprimer en faveur de l'accueil de réfugiés syriens dans sa ville voici six ans.
"Les bailleurs sociaux qui avaient mis à disposition six logements permettant d'héberger 25 Syriens pour des périodes de six à douze mois et ceux qui les avaient accompagnés m'ont déjà presque tous fait savoir qu'ils sont prêts à renouveler l'opération, en lien avec les services de l'Etat", a précisé Gaël Perdriau, qui préside également la métropole stéphanoise. "Mon initiative humaniste de 2015, qui avait été saluée par des élans de solidarité chez certains et des insultes chez d'autres, n'avait pas perturbé la grande ville de Saint-Etienne et ses 175.000 habitants", a-t-il encore voulu souligner.

Interrogé sur la volonté affichée du maire (ex-LR) de Nice Christian Estrosi de ne pas accueillir de personnes fuyant l'Afghanistan, Gaël Perdriau estime que "l'amalgame qu'il fait entre les réfugiés et les terroristes est malheureux. Je trouve que c'est maladroit, pour ne pas dire plus". Mercredi 18 octobre, le maire de Nice avait lors d'une intervention sur RTL évoqué l'attentat du 14 juillet 2016 pour expliquer sa position vis à vis des réfugiés afghans.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
international humanitaire monde société