Loire : "Inacceptable" estime la famille de Morgane Rolland à l'énoncé du jugement à l'encontre de celui qui l'a écrasée

Publié le
Écrit par Aude Henry

Un agriculteur de 33 ans, avait fauché la jeune femme de 22 ans en 2019 alors qu'elle faisait du vélo sur une petite route de la Loire. Le tribunal de Saint-Etienne a rendu son jugement ce jeudi 25 mars 2021. L'homme est condamné à 2 ans de prison avec sursis et 6 mois d'annulation de permis. 

L'homme qui a fauché avec son tracteur et tué la jeune cycliste, ancienne miss Pays Stéphanois en 2017, n'ira pas en prison. Le tribunal de Saint-Etienne, dans la Loire, a rendu son jugement ce jeudi 25 mars 2021 : l'agriculteur est condamné pour homicide involontaire à deux ans de prison avec sursis, à une annulation de son permis de conduire avec interdiction de le repasser pendant six mois, et à une amende. Le 9 mars dernier, lors du procès, trois ans de prison dont un ferme avaient été requis.

Un jugement "inacceptable" pour la famille de Morgane

"Inacceptable" a réagi Frédéric Rolland, répétant le mot à plusieurs reprises à sa sortie du tribunal de Saint-Etienne. "On aurait aimé une grosse suspension de permis. Pour que ça porte, autant pour lui que pour toutes les victimes de la route. Pour que cela fasse avancer les choses en France. Mais non. En France, on a le droit d'écraser les gens."

La déception est grande chez les proches de la jeune femme qui a perdu la vie, sous les roues d'un tracteur, en avril 2019. "Il y a des peines qui ne sont pas à la hauteur des faits. Là, il n'a pas été surpris, il les suivait. Il l'a écrasée. Ce n'est pas un banal accident de la route", poursuit presqu'en sanglot le père de Morgane.

Il n'y aura pas d'appel du jugement

Me Saba Benzeghiba, avocate de la famille Rolland, a reconnu que le réquisitoire "était un petit peu haut", et l'annonce d'une peine avec sursis n'a donc pas vraiment surpris dans le camp des parties civiles. "La mort de leur fille a été un séisme pour cette famille. Aujourd'hui, ils se rendent compte que leur fille n'est toujours pas là, et c'est effectivement une souffrance qui est insurmontable", a poursuivi l'avocate pour expliquer la réaction des proches de Morgane.

"Les peines prévues par le législateur ne sont jamais assez sévères. Ce dont on peut se rendre compte, c'est que les cyclistes ne sont pas protégés. On n'a pas en France la culture de la patience et des autres usagers de la route".

 

Le 26 avril 2019, Morgane Rolland, jeune étudiante de 22 ans, part faire du vélo avec son compagnon, dans le secteur de Veauchette dans la Loire. Sur une route départementale, un véhicule surgit sur leur droite et le couple fait un écart. Un tracteur tentait de les dépasser au même moment. Morgane, élue miss pays stéphanois en 2017, et sapeur-pompier volontaire, passe sous les roues de l'engin agricole et sa remorque qui transporte 30 tonnes de bois. Elle n'y survivra pas.

Vitesse et distances de sécurité ont été mises en cause lors du procès du conducteur. L'agriculteur de 33 ans ne fera pas appel du jugement. Ni les parties civiles, a expliqué leur avocate puisqu'il n'y a pas eu de relaxe, mais une condamnation pour homicide involontaire à deux ans de prison avec sursis, annulation de permis pendant six mois et une amende.