Municipales - Coronavirus à Rive-de-Gier : baisse de la participation depuis 2008, la tendance va-t-elle s'inverser?

Qui pour détrôner Jean-Claude Charvin, élu DVD depuis 1995 à la tête de Rive-de-Gier? Parmi les candidats, Gérard Octroy, ancien fidèle. Vincent Bony, opposant de longue date. Jean-Pierre Granata est le 4e homme de cette élection. L'inconnue: la participation, en baisse depuis 2008. 
Mairie de Rive-de-Gier: Jean-Claude Charvin (divers droite) est à la tête de la ville depuis 1995
Mairie de Rive-de-Gier: Jean-Claude Charvin (divers droite) est à la tête de la ville depuis 1995 © MAXPPP

A Rive-de-Gier, les électeurs vont-ils bouder les urnes ? Dans cette ville de la vallée du Gier, la participation a connu une baisse sensible depuis les municipales de 2008. En cause: le chômage et la désindustrialisation, un centre-ville déserté ... Cette année, la participation des Ripagériens aux élections municipales pourrait être affectée par la crise liée au Coronavirus. Dans l'ensemble du département de la Loire, les électeurs ne se sont pas précipités vers les isoloirs pour voter. Globalement, la participation a atteint 14,88% à midi pour ce premier tour des muncipales contre 28,08% au premier tour de 2014, toujours à midi. Soit une baisse de plus de 13 points.

A 17 heures, le taux de participation dans la Loire était très largement inférieur à celui de 2014, à la même heure. Les Ligériens ont boudé les urnes : la participation a dégringolé passant de 56,37% (en 2014) à 31,14% (en 2020). Un écart de près de 25 points. 


Les enjeux à Rive-de-Gier


Située à la croisée des départements de la Loire et du Rhône, entre Saint-Etienne et Givors, la ville de Rive-de-Gier est un carrefour; C'est aussi une commune qui a subi de plein fouet la désindustrialisation. Le taux de chômage dans la cité ripagérienne avoisine les 20%. Depuis un quart de siècle, c'est le divers droite Jean-Claude Charvin qui est à la tête de Rive-de-Gier. Mais depuis l'automne 2017, rien ne va plus à droite. Guerres intestines et dissensions, la majorité municipale s'est fissurée.  En septembre 2017, le maire sortant avait évoqué l’idée de se retirer avant de se raviser.  On parle même de fronde d'une partie des conseillers municipaux. Les dissensions à droite vont-elle permettre de faire émerger de nouveaux candidats? Dans cette campagne, le maire sortant devra faire face à son ancien premier adjoint et ancien fidèle Gérard Octroy. A gauche, il aura face à lui un opposant de gauche, soutenu par EELV. Enfin, le "4e homme" de cette campagne électorale à Rive-de-Gier est un chef d'entreprise sans étiquette, qui n'a jamais été élu, ni siégé au conseil municipal. Parmi les dossiers d'importance à Rive-de-Gier: l'aménagement urbain et le dossier ANRU 2.
 

Les quatre listes en lice à Rive-de-Gier

 
Rive-de-Gier fait partie des 53 communes de Saint-Etienne Métropole. Cette dernière compte 123 conseillers métropolitains. Le nombre d'élus métropolitains par commune dépend de l'importance de la population. Plus sa population d'une commune est importante, plus son nombre de conseillers est important. Avec un peu plus de 15 000 habitants, Rive-de-Gier dispose de 4 sièges au conseil métropolitain, à l'instar de la commune de Firminy.


Retour sur les municipales de 2014 et 2008


Les élections municipales de 2014, la participation a enregistré une baisse de près de huit points par rapport aux municipales de 2008: passant de 61,69% à 53,49%.  La ville de Rive-de-Gier comptait un peu moins de 8000 personnes inscrites sur les listes électorales. Jean-Claude Charvin, maire sortant DVD s'était imposé dés le premier tour avec 54,05% des voix, devant son adversaire de gauche Vincent Bony (34%), la liste conduite par le DVG Jean-Louis Valente était arrivée en troisième position avec 11,94% des voix. Le maire réélu avait alors raflé 26 sièges au conseil municipal. Ce sont 5 sièges qui ont été attribués à la liste conduite par son adversaire de gauche, Vincent Bony. Enfin, Jean-Louis Valente, le candidat DVG, a récupéré 2 sièges.

Lors des élections municipales de 2008, Jean-Claude Charvin avait déjà été réélu dans un fauteuil avec 54,28% des voix (et 26 sièges au conseil municipal). La liste concurrente conduite par son adversaire communiste Jean Point avait recueilli 25,65% des voix. Enfin, la liste conduite par la socialiste Christiane Farigoule avait recueilli 20,07% des suffrages. En 2008, la participation avait atteint 61,69%.

Sur France Info : « retrouvez le détail des résultats du 1er tour des Municipales à Rive-de-Gier»
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections