VIDEO. Roland Romeyer (AS Saint-Etienne) : “Quand on parle du derby, j'ai envie de pleurer”

Roland Romeyer garde un très mauvais souvenir de la défaite 5 buts à 0 de l'AS Saint-Etienne à domicile contre l'Olympique Lyonnais. "Cette nuit-là, je suis resté dans mon bureau, j'étais triste". / © ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Roland Romeyer garde un très mauvais souvenir de la défaite 5 buts à 0 de l'AS Saint-Etienne à domicile contre l'Olympique Lyonnais. "Cette nuit-là, je suis resté dans mon bureau, j'étais triste". / © ROMAIN LAFABREGUE / AFP

C'est l'heure du bilan pour Roland Romeyer. Alors que l'AS Saint-Etienne échoue aux portes de l'Europe et laisse la dernière place qualificative pour la Ligue Europa à Bordeaux (à la différence de buts), le président du directoire des Verts a répondu à nos questions.

Par France 3

Comment avez-vous vécu cette saison ?
 
Cette saison a été difficile parce que j'ai vécu trois saisons en une. Au début, les médias, tout le monde, étaient ravis, il y avait un nouvel entraineur, ça jouait mieux, on gagnait, il y avait longtemps qu'on n'avait pas gagné trois matches de suite. Et puis après, ça s'est gâté et une de mes plus grosses déceptions, c'est le derby bien sûr, avec les circonstances, tout ce qui s'est passé, je l'ai mal vécu, quand on parle du derby, j'ai envie de pleurer. Cette nuit-là, je suis resté dans mon bureau, j'étais triste. (ndlr : le 5 novembre 2017, 12e journée de Ligue 1, l'Olympique Lyonnais s'est imposé 5 buts à 0 à Saint-Etienne)
 

Cette nuit-là, je suis resté dans mon bureau, j'étais triste.

 
J'ai vécu des moments difficiles… il y a eu des moments où on est heureux, ça marche bien… et puis des moments où on est dans le trou… on avait eu l'héritage de Christophe (ndlr : Galtier) et d'Oscar (Garcia)… Ils n'étaient pas sur la même longueur d'onde. Il y en a un qui part avec certains joueurs qu'il avait mis en place, un autre qui arrive et qui veut d'autres joueurs… ensuite il a eu des problèmes personnels et a dû partir… et au moment où il part, on a des blessés, les cadres, Perrin, Hamouma, Cabella, Gabriel Silva, Ruffier… et quand c'est comme ça, on ne peut rien faire, simplement attendre que les blessures guérissent. On ne peut pas recruter avant le mercato.
 

L'arrivée de Jean-Louis Gasset ?
C'est moi qui ai appelé Jean-Louis Gasset après notre match contre Lille. Il m'a dit que ça l'intéressait le challenge de l'AS Saint-Etienne mais qu'il fallait qu'il demande l'autorisation à Laurent Blanc. Le lendemain, il m'a rappelé pour me dire que Laurent était d'accord mais "à la condition que, si à la fin de la saison Laurent Blanc prend un club, je puisse y aller". Je lui ai dit : "vous avez ma parole".
 

Je voudrais surtout qu'on ne vende pas notre âme au diable.

 
L'AS Saint-Etienne sous pavillon américain ?
Le choix qu'on a fait, compte tenu de l'évolution du foot, on n'a pas la surface financière pour mettre de l'argent dans le club donc il faut trouver des gens qui peuvent nous aider. Donc, nous avons confié un dossier à la Banque Lazard qui a vu plusieurs investisseurs. On a fait des choix, on a jusqu'au 25 mai, on a signé une clause d'exclusivité, et on reprendra notre liberté le 26 si on ne s'est pas mis d'accord.
 
La future place de Roland Romeyer dans l'organigramme des Verts ?
Ça fait partie des négociations. J'ai vu qu'on disait : "Roland fera partie de l'organigramme". De toute manière, ce ne sera pas opérationnelle, ce sera surtout pour des relations extérieures. Je suis ici d'abord un supporter depuis 1957, j'ai passé ma vie ici. Et puis je suis Stéphanois, ces valeurs sont imprégnées en moi donc ce que je voudrais surtout, c'est qu'on ne vende pas notre âme au diable et que ça change complètement de valeurs, de philosophie. Je voudrais qu'on progresse tout en gardant nos valeurs stéphanoises.

Propos recueillis par Vincent Diguat


Sur le même sujet

FBBP01, comme un centre de formation

Les + Lus