• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Saint-Etienne : La justice saisie des premières violences sur les barrages de gilets jaunes

La tension est palpable sur certains barrages routiers où la police doit s'interposer, ici près de Roanne
La tension est palpable sur certains barrages routiers où la police doit s'interposer, ici près de Roanne

6 personnes ont été placées en garde à vue et deux déférées au parquet de St Etienne pour des violences commises sur des barrages de gilets jaunes entre samedi et dimanche dans la Loire. L'un d'entre eux, un chauffard multi-récidiviste, a été placé en détention provisoire.       

Par Philippe Bette

Si les actions des gilets jaunes se sont en général déroulées en beaucoup d'endroits sans violence, certains blocages ont donné lieu à de vives explications, voire de sévères altercations avec des automobilistes empêchés d'avancer.

C'est le cas notamment à Firminy où un individu a essayé samedi de forcer un barrage, faisant trois blessés. La police a dû le neutraliser. D'autres incidents, plus ou moins graves, se sont produits dans la Loire entre samedi et dimanche.
 
Les premières affaires de violences arrivent devant la justice. Lundi, six personnes étaient toujours en garde à vue à St Etienne. Deux d'entre elles ont été déférées au parquet : Un multi-récidiviste de 33 ans qui était déjà connu des services de police pour des infractions routières et conduite sous l'emprise de l'alcool. Son placement en détention provisoire a été requis car il s'en est pris aussi aux policiers. Un autre qui avait forçé un barrage sans faire de blessé à St Chamond est cité à comparaître mercredi après-midi.    

S'agissant des incidents de Firminy, deux personnes seront convoquées devant le tribunal de St Etienne dans les prochains mois. L'une d'entre elles est poursuivie pour "violences aggravées avec véhicule", ayant sérieusement blessé un gilet jaune (45 jours d'ITT). Un gilet jaune qui s'en était pris à l' automobiliste et l'avait sorti est poursuivi pour "violences aggravées en réunion".

Sans autre précision puisque les procédures étaient toujours en cours lundi soir.     
 
             

       


                  

Sur le même sujet

Lionel Beffre, Préfet de l'Isère.

Les + Lus