Saint-Etienne : la révolte par le hip-hop

© France 3 RA
© France 3 RA

Pour la troisième édition du festival Trax, la compagnie de danse stéphanoise Diptyk s'est lancée un véritable challenge : monter en dix jours un spectacle de danse hip-hop avec des artistes issus des quatre coins d'Europe. Et qui n'ont jamais travaillé ensemble.

Par Loic Blache

Le thème de la "révolte", cela fait au moins deux ans que la compagnie de danse hip-hop Diptyk l'explore dans plusieurs pays du monde. "On a eu la chance de pouvoir faire des ateliers sur ce thème dans plusieurs pays : Portugal, Mali, Maroc... Et, souvent, cette thématique parlait à tous les danseurs rencontrés", explique Mehdi Meghari, l'un des directeurs artistiques de la compagnie. Alors, après une première performance de rue sur la capacité à se révolter, les danseurs stéphanois ont imaginé un nouveau spectacle, cette fois autour de l'énergie que le groupe procure à l'individu. Tout un programme. "C'est le moment où le peuple sent que l'on commence à toucher à ses libertés", poursuit le chorégraphe.

Et pour mettre en place la première de cette création "Dans l'engrenage", Diptyk a fait appel à 39 artistes à travers l'Europe qui ne se connaissaient pas forcément, tous arrivés à Saint-Etienne le 25 mai dernier. Toute la semaine, il a donc fallu franchir la barrière de la langue mais aussi jongler avec les spécificités artistiques de chaque pays...

VIDEO Reportage de Loïc Blache et Anthony Laurent.
Saint-Etienne : la révolte par le hip-hop
Edition locale de la Loire - 1/6/16 - France 3 RA
Tous ces artistes sont des semi-professionnels. Les huit Portugais viennent de l'école de danse Balleteatro ; les huit Suédois sont issus de deux troupes, U-town et Robermotion ; le groupe des neuf Croates de son côté a été créé pour l'occasion. Quant aux quatorze Français, tous issus de Diptyk, ils sont composés pour moitié de professionnels et de semi-pros. Autant de nationalités, et autant d'influences artistiques : si les Suédois sont des breakers (danse au sol), les Portugais sont plus influencés par la danse contemporaine (danse debout avec des mouvements amples) ; quant aux Croates, ils se situent entre les deux avec de la danse debout "assez énergique". "C'est un gros challenge de mettre ainsi en scène 40 personnes en 10 jours. Mais ils sont tous super motivés !", assure Mehdi Meghari.

Les sept danseurs professionnels de Diptyk partiront en tournée ensuite avec cette création. La troupe stéphanoise voudrait alors profiter de chaque date pour "intégrer" à leur spectacle quelques danseurs amateurs, sur le modèle de cette résidence européenne.

Infos pratiques

Festival Trax
Samedi 4 juin
21h - Le Fil (Saint-Etienne)
14€ et 10€ (tarif réduit)

Sur le même sujet

Agriculteurs en colère dans la Loire (et ailleurs) : on vous dit pourquoi !

Les + Lus