Salif Keita, surnommé la panthère de l’ASSE, est mort

L'ex-attaquant malien, Salif Keita, qui a évolué sous le maillot des Verts de 1967 à 1972, vient de disparaître. Il était âgé de 76 ans. L’ASSE a appris ce samedi 2 septembre sa disparition par la Fédération malienne de football (FMF).

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Après Georges Bereta, c'est une autre légende des Verts qui vient de s'éteindre. Salif Keita, surnommé la panthère, est mort à l’âge de 76 ans. L'ASSE rend hommage à ce joueur d'exception sur le réseau social X. "La panthère noire s'en est allée, emportant avec elle un morceau de notre club. Salif Keita, nous pleurons ta disparition", écrit le club de Saint-Etienne.

Le Chaudron doublement endeuillé

Salif Keita est décédé au Mali, à l’hôpital de Bamako. Un hommage lui sera rendu ce samedi à Geoffroy-Guichard, avant la rencontre opposant l'ASSE à Valenciennes, dans le cadre de la 5ᵉ journée de Ligue 2. Sinistre hasard : le Chaudron endeuillé se préparait à commémorer ce jour la disparition de Georges Bereta. Ce dernier s'est éteint le 5 juillet dernier à l'âge de 77 ans. Salif Keita est décédé presque deux mois, jour pour jour, après son ancien coéquipier et ami.

"Comme son ami Georges, Salif était l'un des plus grands et le restera", dixit le club de Saint-Etienne.

L'arrivée chez les Verts

Le joueur est né au Mali, à Bamako, en décembre 1946 dans une famille de 11 enfants. L'attaquant était arrivé à Saint-Etienne à la fin des années 1960 en provenance de l’AS Real Bamako. Le talentueux jeune joueur avait suscité l'intérêt des recruteurs de Saint-Etienne qui l'invitèrent à venir faire un essai en France en 1967.

Son arrivée rocambolesque dans la capitale stéphanoise a été l'objet d'une anecdote restée célèbre : lorsqu'il a débarqué à Orly, personne ne l'attendait à l'aéroport. Les dirigeants de l'ASSE l'attendaient en fait au Bourget où l'appareil devait initialement se poser. L'attaquant a pris un taxi pour rejoindre son club dans la Loire ! Un voyage qui avait coûté la somme astronomique à l'époque de 1060 francs.

Au-delà de cette anecdote, le jeune joueur a été rapidement adopté par ses coéquipiers et son entraîneur Albert Batteux. 

durée de la vidéo : 00h00mn34s
Le couac de l'arrivée à Saint-Etienne ©France Télévisions

La Panthère

Surnommé également "Domingo", en référence à un nom vu sur le générique d'une affiche de cinéma alors qu'il avait dix ans, Salif Keita, joueur élancé à l'allure féline, fut l'un des plus grands attaquants de sa génération.

Sur le terrain, le joueur était comparé au roi Pelé. Cette figure de la légende des Verts a été l'auteur de 140 buts sous le maillot stéphanois en 185 rencontres. Salif Keita a évolué sous le maillot de l'ASSE durant six ans, de 1967 à 1972. Le butteur a remporté trois fois le championnat de France avec les Verts (1968, 1969 et 1970) ainsi que deux Coupes de France (1968 et 1970).

Salif Keita a aussi été le premier ballon d’or africain de l’histoire, en 1970.  Après cinq saisons effectuées sous le maillot vert, le Malien a rejoint Marseille. Son passage à Saint-Etienne se termina cependant par une fâcherie avec le président Roger Rocher. S'estimant exploité financièrement, il rejoignit Marseille, le grand rival, mais l'ASSE contesta la légalité du contrat du joueur qui écopa de six mois de suspension.

Après les Verts

Keita a ensuite poursuivi sa carrière en Espagne, à Valence  (1973-1976) puis au Sporting Portugal (1976-1979), avant de partir aux États-Unis où il termina sa carrière à Boston, en 1980.  C'est en Amérique qu'il entama une reconversion préparée pendant sa carrière de joueur en obtenant un diplôme de droit en France.
Il rentra ensuite au Mali où il fonda le premier centre de formation de football de son pays, d'où sortirent des talents comme Mahamadou Diarra (Lyon, Real Madrid) et son neveu Seydou Keita (Lens, Barcelone). Il fut aussi président de la fédération malienne de 2005 à 2009. À partir de 2013, il devint ambassadeur à vie de l'AS Saint-Etienne avec laquelle il s'était réconcilié.