Mal-logement en Isère: l'association "Un Toit Pour Tous" tire la sonnette d'alarme

Publié le Mis à jour le
Écrit par Françoise Guais .

L'association "Un Toit Pour Tous", qui agit en partenariat avec la Fondation Abbé Pierre, met le doigt sur le problème du mal-logement
 et tente de trouver des solutions d'hébergement et de logement à loyers très modérés. Selon son dernier rapport, il manquerait 10.000 logements sociaux en Isère.

Ce mardi 29 mars, Un Toit Pour Tous a présenté son rapport annuel sur la situation du mal-logement en Isère. Selon l'association, 2.500 personnes ne trouveraient aucune solution dans le département. La majorité vit dans l'agglomération grenobloise. Ces femmes, ces hommes, ces familles vivent dans des squats, des bidonvilles ou dans la rue. Car lees structures d'hébergement d'urgence sont souvent jugées inadaptées.

Reportage de Jérome Ducrot et Jean-Jacques Picca
durée de la vidéo: 00 min 59
Rapport Un Toit Pour Tous

Il manque près de 10.000 logements sociaux 

Toujours selon l'association, le parc de logements sociaux est en deçà de ce qu'impose la loi SRU. Il manquerait 10.000 logements sociaux dans le département. Pour atteindre cet objectif d’ici à 2025, il faudrait produire 1.000 logements par an.

Sur les 24.000 demandeurs de logement social recensés en 2014, seulement 9.000 ont été attributaires d'un logement. Les niveaux de prix élevés du parc privé en location comme en accession, renvoient en effet les ménages modestes vers le parc HLM. 


Mauvaises conditions d'habitat

Un Toit Pour Tous attire l'attention sur les 122.000 ménages aux resssources financières limitées. Pour ces derniers, impossible d'entretenir leur maison ou leur appartement et la situation s'aggrave au fil des années avec la crise. 100.000 logements présenteraient des signes
d’humidité, 12.500 logements seraient potentiellement indignes, 85.000 ménages seraient logés dans des "passoires thermiques".


Des solutions sont possibles

Pour "Un Toit Pour Tous", des solutions existent en coordination avec les bailleurs sociaux et le secteur associatif:
- Soutenir des particuliers et offrir des logements d'attente en réponse à des situations d'urgence
- Considérer le parc privé comme un réservoir à logements sociaux
- Produire des logements sociaux économes en énergie permet de réduire les charges des locataires
- Proposer une gestion adaptée aux difficultés des locataires: la Gestion Locative Adaptée (GLA)
- Accompagner les ménages dans leur mobilité résidentielle
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité