METEO. 4 fois plus de pluie sur le Vercors et la Chartreuse depuis début juin mais le début d'été s'annonce sec

En Chartreuse et dans le Vercors, les précipitations de la première quinzaine de juin ont été quatre fois plus importantes que la moyenne habituelle. Des pluies salvatrices alors que Météo France prévoit un début juillet chaud et sec.
Le ciel couvert à Grenoble, image d'illustration.
Le ciel couvert à Grenoble, image d'illustration. © Stéphane Milhomme/MaxPPP

Depuis le 1er juin, les parapluies ont dominé les parasols. L'association du Réseau d'observation météo du massif alpin (Romma) signale que la pluviométrie de cette première quinzaine de juin est bien supérieure à celle mesurée en moyenne sur trente ans entre 1981 et 2010 dans les Alpes.

Localement, comme en Chartreuse ou sur le Vercors, il est ainsi tombé quatre fois plus de pluie qu'à l'accoutumée. A Saint-Christophe, en Isère, Romma compte ainsi 293 mm de précipitations depuis le 1er juin.

Le pluviomètre de Saint-Martin d'Hères a par ailleurs détecté 86 mm de pluie depuis le 1er juin, alors que l'agglomération grenobloise reçoit en moyenne, sur la période 1981-2010, 75 mm sur tout le mois de juin. Même constat à Chambéry : 95 mm de précipitations tombent en moyenne sur la ville en juin, mais Romma a déjà compté 127 mm à Challes-les-Eaux en un peu plus de deux semaines.

 

Une bonne nouvelle pour les sols

"Ce n'est pas exceptionnel, mais ça se remarque", explique l'association. Sur le cas particulier du Vercors et de la Chartreuse, où l'augmentation a été de 300%, elle note que "ça arrive localement tous les un ou deux ans".

Par ailleurs, bien qu'également concernée par une augmentation des précipitations, la vallée du Rhône - et notamment les environs de Vienne - a reçu beaucoup moins de pluie que les massifs alpins.

Cette pluie abondante est "une bonne nouvelle", ajoute Romma :

On a eu un début de printemps très sec, qui nous faisait craindre une sécheresse des sols superficiels. Cette pluie importante de juin a été assez bien étalée et a permis d'humidifier les sols, sans précipitations diluviennes et sans crues. 

Romma

L'Isère, le Rhône, l'Arc et l'Arve sont d'ailleurs toujours en vigicrue verte, sans risque de débordement.

 

Le spectre de la sécheresse

Les météorologistes craignent un début d'été bien plus sec que cette première moitié de juin. Une tendance qui, sans encore annoncer de canicule, pourrait faire revenir rapidement la sécheresse. "Grâce aux pluies, les sols sont préparés à une météo sèche, précise-t-on chez Romma. Mais il suffit de quinze jours d'une météo sèche et venteuse pour que les sols s'assèchent."

La chaleur empêche également l'eau tombée de s'infiltrer assez profondémment pour remplir les nappes phréatiques. Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) note de son côté que les nappes de la vallée du Rhône et des Alpes sont à un niveau "modérément bas", et en baisse au 1er juin.

Météo France annonce un retour du soleil pour ce vendredi 19 juin. Un soleil qui, s'il devrait être troublé localement par quelques menues averses, devrait régner sur les Alpes jusqu'aux derniers instants du mois de juin.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
intempéries météo