Montagne : victime de surfréquentation et d'incivilités, le parc naturel de Chartreuse interdit le bivouac avec tente

C'est le revers de la médaille de son vif succès en ces temps de pandémie. Pris d'assaut par des vacanciers pas toujours bienveillants avec la nature, le parc naturel de Chartreuse sort les griffes : deux communes ont pris des arrêtés pour interdire le bivouac sous tente depuis ce 1er août.
Bivouac à La Pra Chamrousse en Isère (image d'illustration)
Bivouac à La Pra Chamrousse en Isère (image d'illustration) © Julien Jay .Chamrousse.com

"Ne pas accueillir plus mais accueillir mieux". C'est en ces termes très...diplomatiques que le parc naturel de Chartreuse en Isère explique les mesures un peu radicales qu'il a fallu prendre face à la hausse très significative de la fréquentation cet été 2021.

Le problème est récurrent, mais s'avère bien plus aigu cette année en raison du Covid qui a décuplé les envies de grand air et d'espace.

Or "qui dit public de plus en plus nombreux, dit aussi incivilités plus fréquentes" constatent ces dernières semaines les responsables du Parc, et les maires de certaines communes.

Le bivouac pratiqué par des personnes malveillantes multiplie les déchêts laissés dans la nature mais aussi les risques de départ de feux.

Le lac Achard, en Isère en a fait régulièrement les frais par exemple en 2020 au point de mettre en péril son éco-système. Certains soirs, on pouvait y compter plus d'une cinquantaine de tentes alors même qu'il est classé Espace Naturel Sensible (ENS) par le Département de l'Isère, et en Zone Natura 2000 par l'Europe pour sa faune et sa flore. 

"L'objectif  du territoire n'est pas d'interdire à tout prix, mais bien de préserver ce joyau pour que tout le monde continue d’en profiter", assure-t-on à Saint-Pierre de Chartreuse ou encore à Saint-Pierre d'Entremont (côté Savoie et Isère). D'autres communes pourraient suivre si nécessaire.

Les arrêtés n'interdisent pas de dormir à la belle étoile, mais de bivouaquer sous tente depuis hier jusqu'au 31 août, dans la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse. Il s'agit de préserver faune, flore, et alpages qui subissent parfois bien des dommages.

Des agents de l'Office national des Forêts et de la biodiversité sont présents sur le terrain, prêts à distribuer des amendes à d'éventuels récalcitrants : 11 euros si l'on installe sa tente dans un secteur interdit, 135 euros si l'on y fait du feu.

Répression mais aussi prévention. Le parc a embauché pour l'été un animateur nature et cinq accompagnateurs en moyenne montagne pendant trois mois pour sensibiliser les visiteurs et les randonneurs "afin qu'ils connaissent mieux cette nature si précieuse, et qu'ils adoptent les bons gestes et les bons comportements pour la respecter, et limiter l'impact de leur passage".

Lors des week-ends de très grande fréquentation, l'accès à la réserve pourra être plus drastiquement réduit indique le parc sur son site et sa page Facebook.

Vous pouvez consulter la cartographie des arrêtés et des règlements sur le site de la réserve naturelle des Hauts-de-Chartreuse. Des contraintes qui permettent de préserver la présence d'animaux en péril, comme le ...lynx de Chartreuse.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature environnement loisirs sorties et loisirs tourisme économie randonnée